jeudi 1 novembre 2012

" En avant la vie " se défend d'être sectaire

Citée par “  Sciences et avenir  ” comme “  un relais de sectes à l’hôpital  ” auprès des malades du cancer, l’association “  En avant la vie  ” se défend.

Infondé, injuste et diffamatoire. Responsable de la formation au sein de « En avant la vie », Élie Maudet résume le sentiment des responsables de cette association créée en 2002 autour de Bernard Michel, son coprésident avec Geneviève Bossant. Bernard Michel retient à peine des larmes de frustration. « Travailler pendant 10 ans et voir tous ses efforts mis par terre. » Les coups de fil des bénévoles et familles de malades se succèdent.
Sectarisme à prouver
A l'origine, un article de « Sciences et avenir » intitulé « Les sectes entrent à l'hôpital » désignant leur association comme un relais de sectes auprès des malades. Il met en cause l'Institut de Cancérologie de l'Ouest qui réunit les centres René-Gauducheau (Nantes) et Paul-Papin (Angers) avec lesquels « En avant la vie » a signé des conventions pour l'accompagnement des malades de tumeurs cérébrales. Selon le mensuel, cet institut serait « peu regardant » sur ses partenaires et cite les formations que Personnalité et relations humaine (PRH) distille aux bénévoles de « En avant la vie ». Il souligne qu'André Rochais, le fondateur de PRH dans les années soixante-dix, était proche du Renouveau charismatique.
Elie Maudet, Geneviève Bossant et Bernard Michel ont été atterrés par l'article de «Sciences et avenir ».
 « Nos 76 bénévoles suivent une formation de base à l'accompagnement des malades
à domicile. PRH est intervenu pour 22 bénévoles et une formation de niveau supérieur à l'écoute », reconnaît Élie Maudet. « J'ai moi-même suivi cette formation et je n'y ai jamais ressenti de dérive sectaire. » Il demande qu'on lui démontre que PRH serait sectaire du fait des affinités de son fondateur.
« En outre, le Renouveau charismatique ne figure pas sur la liste parlementaire des sectes », reprend Geneviève Bossant. « Et puis chaque bénévole signe une charte l'engageant au respect de la personne, de ses opinions, de sa dignité », poursuit Bernard Michel. « Et nous faisons tous les ans l'objet d'une évaluation par nos partenaires. Jamais aucune famille n'a témoigné d'une quelconque manipulation. »
« Nos accompagnants sont salis par cette affaire », dénonce Élie Maudet. Le conseil d'administration se réunira lundi pour réfléchir aux suites à donner à cette affaire. Mais déjà, les élus locaux et les parlementaires (*) se mobilisent par le biais d'un communiqué. « Pour avoir vu ses dirigeants œuvrer depuis 10 ans, ces élus témoignent de la force de leur engagement et de leur intégrité et de leur désintéressement. »
nr.bressuire@nrco.fr
(*) Michel Bécot, sénateur, Jean Grellier, député, et les élus locaux Daniel Amiot, Jean-Michel Bernier, Johnny Brosseau, Pierre-Yves Marolleau, Philippe Mouillier, Bernard Paineau, Patrice Pineau.
Dominique Guinefoleau
Source : La Nouvelle République, Edition des Deux-Sèvres, jeudi 1er novembre 2012
http://www.lanouvellerepublique.fr/Deux-Sevres/Actualite/Faits-divers-justice/n/Contenus/Articles/2012/11/01/En-avant-la-vie-se-defend-d-etre-sectaire