dimanche 24 mars 2013

Le Vatican cautionne de longue date les sessions psycho-spirituelles

Le canadien Henri Lemay vient cette année encore en France, à l’Université Catholique de l’Ouest, pour une formation à la guérison, du 21 au 26 mars 2013. Ce laïc est une figure de proue du Renouveau charismatique canadien (CCRC). Il est en effet membre du Renouveau depuis 1975 et s’est spécialisé dans la guérison.

Il admet qu’il y a des sceptiques mais il affirme que le Vatican a reconnu que des guérisons inexplicables ont bel et bien eu lieu : « Le Vatican a également publié un document officiel concernant le mouvement dans lequel il encourage le charisme de guérison dans l’Église : ‟Essentiellement, dit-il, la puissance de guérison que Jésus a manifestée (durant son passage sur terre) est encore présente et le restera toujoursˮ. »Il a siégé pendant huit ans au Conseil canadien du Renouveau et l’a présidé pendant sept ans, tout en étant membre de l’ICCRS (International Catholic Charismatic Renewal Services). Mais il est surtout connu pour ses sessions de formation à la guérison données en France aux responsables du Renouveau Charismatique Catholique. Depuis un an l’Agapè est à la une dans les médias et le silence de la CEF ne manque pas d’interroger. Malgré des protestations dont Golias s’est fait l’écho, les formations à la guérison du canadien H. Lemay, continuent aussi avec une approbation tacite. Sans parler de la Maison d’Abba et des sessions psycho-spirituelles du P. Verlinde. Pourquoi ce silence ? Ce qui échappe à tout le monde c’est que les évêques de France ne sont pas maîtres à bord. Ce qui se fait dans leurs diocèses est entre les mains du Vatican. Le cardinal Rylko, l’ICCRS, le P. Cantalamessa, cherchent à faire rentrer le Renouveau dans la nouvelle vague, à la remorque des évangéliques pentecôtistes, ce qui implique d’être performant en ministère de guérison. Ne faut-il pas voir des guérisons divines pour rencontrer Jésus ? C’est là une des clés de la Nouvelle Evangélisation. L’ICCRS, est une association internationale du Renouveau charismatique catholique qui a été approuvée par Rome en 1993. Un de ses rôles auprès des responsables du Renouveau concerne les ministères et tout particulièrement la Guérison et l’Evangélisation. Dès 1995, un séminaire de guérison a été mis en place. Les travaux ont fait l’objet d’un livre publié aux éditions des Béatitudes : Le ministère de guérison. En 2001, l’ICCRS organisa un colloque sur la prière de guérison et le Renouveau charismatique Catholique et c’est justement H. Lemay qui a été chargé de travailler à l’édition d’un livre : Lignes de conduite pour la guérison et la délivrance, paru lui aussi aux Editions des Béatitudes. Pour cela, il s’est instruit auprès de Francis et Judith MacNutt à Jacksonville en Floride et il s’est servi des documents de la formation offerte par John et Paula Sandford, fondateurs de Elijah House. C’est donc le ministère évangélique de guérison qui est proposé aux responsables du Renouveau pour le répandre partout. Et cela par mission du Vatican et du Conseil Pontifical pour les Laïcs, comme il le dit lui-même, et avec le bienveillant silence du conseil permanent de l’épiscopat. Certains se souviendront peut-être de l’article paru sur le site de Golias le 2 mai 2012 : « Renouveau charismatique : Mgr Santier garant de la psychospiritualité ? » Il devait y avoir en effet à Paris, le 8 et 9 mai derniers, la session des délégués du Renouveau charismatique. Les sessions de H. Lemay et l’Agapè étaient au programme. Les groupes du Renouveau étaient donc invités à envoyer quelqu’un à ces formations. Pourquoi Mgr Santier tenait-il à ouvrir largement les portes de la Fraternité Pentecôte à H. Lemay ? Il faut dire ici que tous les deux se connaissent de longue date. Tous les deux ont été membres du conseil de l’ICCRS. Le P. Santier en effet a fait partie du conseil de 1991 à 1997 et Henri Lemay de 1995 à 2001. Pendant trois ans, ils ont donc collaboré, et tout particulièrement pour le séminaire de guérison de 1995. Mgr Santier ne pouvait pas ignorer les positions de H. Lemay et le contenu des sessions. Le silence entoure en effet le contenu des sessions. Depuis leur commencement en France en 2010, il est question de sessions de formation à la guérison. Le niveau 4 est au programme de cette année, mais quel est son contenu ? Si l’on en croit l’enseignement donné par H. Lemay au Canada, il s’agit de la sexualité humaine. Cette session a fait bien des remous dans la presse canadienne. H. Lemay prétend en effet guérir de l’homosexualité, ce qui a provoqué l’indignation du journal Le Droit. Comment proposer de guérir l’adultère, l’homosexualité et la masturbation ? Le scandale portait sur le fait que l’homosexualité était considérée comme une maladie, puisqu’il était question de la guérir. Mais H. Lemay – qui précisait avoir des amis gays – n’est pas prêt à qualifier les homosexuels de malades. « Il y a des gens qui n’aiment pas ça, être comme ça. Il y en a qui aiment ça et ça va, mais pour d’autres, ils n’aiment pas ça et ils veulent s’en sortir, et nous on est prêt à les aider à s’en sortir », affirme-t-il. À ses yeux, l’homosexualité est « souvent » liée à des « traumatismes que les gens ont vécus ». Il souligne que c’est sur une base volontaire que les gens participent aux activités ou demandent une guérison. « Ce sont eux qui nous approchent. S’ils veulent une guérison physique, on va prier avec eux. S’ils veulent une guérison dans un autre domaine, ils le mentionnent et on prie avec eux de ce côté-là. » Voilà de quoi horrifier un psychiatre…

Cette formation approuvée par le Vatican est contraire aux méthodes de guérison reconnues par les lois françaises. Alors comment l’Eglise refuse-t-elle de prendre en compte l’existence de victimes ? Et le Vatican ne pourrait-il pas rendre public le document officiel où il encourage le charisme de guérison dans l’Église ? Cela permettrait de le confronter aux lois françaises. par Eugène Pischoff

NOTES / sources :
1er Niveau : « Introduction à la guérison chrétienne » ; 2e niveau : « Guérison intérieure » ; 3e niveau : « Guérison physique, émotive et délivrance » ; 4e niveau : « Sexualité françaises.humaine » ; 5e niveau : « Guérison et évangélisation ».

Source : CCMM, dimanche 24 mars 2013
Additif : Un prédicateur canadien interdit d’enseignement en Suisse romande
Lors de sa dernière assemblée, la Conférence des ordinaires romands (COR) a souhaité qu’Henri Lemay, prédicateur issu du renouveau charismatique canadien, s’abstienne « de tout enseignement et prédication en Suisse romande ».
Cette décision intervient suite à des contacts pris avec les évêques français, les responsables de l’Équipe de coordination romande des groupes charismatiques, et après avoir étudié les enseignements donnés par Henri Lemay. Dans un communiqué de presse diffusé jeudi 2 avril, elle rappelle également que toute « soirée de guérison » doit être précédée d’une demande explicite auprès de l’ordinaire du lieu.
Source : APIC, 3 avril 2015