vendredi 4 mai 2012

Un magnétiseur accusé d'avoir violé une cliente

Un praticien est accusé de viol par la cour d'assises de la Mayenne. Il aurait agressé sexuellement une cliente lors d'une consultation en juin 2009.
Elle n'a pas de chance avec les hommes. Battue par un ex, méprisée par un autre, cette jolie blonde dit avoir été violée par un magnétiseur radiesthésiste, lors d'une consultation à son cabinet dans une commune de l'ouest de la Mayenne, en juin 2009. L'homme en question est jugé par les assises de la Mayenne, depuis hier et jusqu'à ce soir. 

« Je suis quelqu'un de faible. En sortant du cabinet je ne comprenais pas ce qui m'était arrivé », admet la jeune femme. Aurélie (1) a 21 ans à l'époque. Elle consulte un magnétiseur pour des maux de ventre. « Il m'a tutoyé tout de suite et il m'a dit de me déshabiller. »

Ce qu'elle fait. Puis Aurélie s'allonge sur la table de soins. Le magnétiseur la questionne sur ses rapports sexuels, lui recommande le naturisme pour éviter les marques de maillot de bain. « Puis il m'a massée avec de l'huile, de la tête au pied. » Le tout en promenant un pendule au-dessus du corps, qu'il accompagne de petits signes de croix sur la peau.

« J'ai seulement traité ses chakras »

« Il m'a dit qu'il allait manipuler mes chakras (2), explique Aurélie. Celui du troisième oeil, sur le front. Et le chakra racine, dans le vagin. » Mais le praticien aura des gestes, selon elle, de pénétration d'où la qualification de viol pour les assises. Étonnement de l'avocate générale : « Pourquoi n'êtes-vous pas partie ? » La jeune femme hésite. « Ce n'est pas facile... »

Grand, large d'épaule, moustachu, le magnétiseur affiche une image d'autorité. Mais il dit être déprimé depuis les faits. « Quand les gendarmes sont arrivés chez moi, je suis tombé des nues », témoigne l'ancien praticien, désormais retraité. Il conteste les faits. Il n'a pas agressé la jeune femme. « J'ai seulement traité ses chakras. Je n'ai pas fait de pénétration. »

Devant les contradictions de l'accusé, le président Denis Roucou insiste. « Pourquoi lui avoir touché les fesses alors qu'elle vient vous voir pour un mal de ventre ? » Le praticien répond. « C'est elle qui a écarté ses cuisses, pas moi. »Et il ajoute: « Je voulais qu'elle soit bien. » D'ailleurs, « elle avait un sourire ».

Les témoins ne sont pas bavards. À l'exemple de son petit ami de l'époque. Il faut que le président lui lise sa déclaration d'alors pour qu'il réagisse. « Je la croyais. » Et la croit-il toujours ? « Elle a raconté beaucoup de choses fausses. Et ses anciens employeurs m'ont dit que c'était une menteuse. » À ces mots, la jeune femme pleure doucement. Verdict ce soir.

(1) Prénom d'emprunt.
(2) Selon la médecine traditionnelle hindoue, ce sont des points de jonction de canaux d'énergie présents dans le corps humain.

Jean-François VALLÉE.

Source : Laval Maville, vendredi 4 mai 2012
http://www.laval.maville.com/actu/actudet_-Un-magnetiseur-accuse-d-avoir-viole-une-cliente_fil-2148268_actu.Htm