mardi 27 novembre 2012

Angers. Les étudiants en médecine en colère après les accusations d'ésotérisme

Les étudiants en médecine de la faculté d'Angers ne décolèrent pas, après la parution il y a quelques semaines d’une enquête à charge dans le dernier numéro de « Sciences et Avenir ». Leur faculté était citée sous le titre « Les sectes entre à l’hôpital ». L’auteur reprochait à un enseignant d’avoir évoqué dans un ouvrage « les vertus supposées des thérapies chamaniques ».

« On est tombé des nues, ça faisait très presse à scandale », rapporte Max Bocquillon, 21 ans, étudiant en troisième année et membre de la Corporation médecine d’Angers (CoMA). « Les médecines parallèles, nous savons évidemment qu’elles existent. Mais nous n’y sommes pas formés. Nous ne sommes préparés qu’à la médecine scientifique. Une partie de la presse locale a repris l’idée que la fac pouvait être gangrenée par l’ésotérisme. C’était un raccourci simpliste. En cancérologique par exemple, si la thérapie n’est pas inefficace, on ne nous dit pas qu’il faut passer à l’acupuncture. On va continuer et adapter le traitement ».

A lire dans Le Courrier de l'Ouest de mardi, édition Angers

Source : Le Courrier de l’Ouest, mardi 27 novembre 2012,

Mots-clefs: chamanisme