jeudi 17 octobre 2013

Amina tuée à coups de poing et de pied, son mari en prison

Dimanche, une femme de 28 ans décédait après avoir été violemment battue par son concubin. L'agresseur présumé a été mis en examen pour homicide volontaire par conjoint.

Au lendemain du drame, la tristesse et la colère ont gagné les proches d'Amina. « Repose en paix ma cousine. Nous penserons toujours à toi et j'espère sincèrement que ce démon finira ses jours en prison », lâche ainsi sa cousine, tandis qu'une autre proche qualifie le bourreau de la victime de « diable ». Des propos tenus au lendemain du décès de cette mère de deux filles de 2 et 6 ans, battue à mort par son mari dans leur domicile familial de la Grande-Rue, à Ézanville.
Une secte très violente 

L'agression s'est déroulée au cours de la nuit précédente lorsque, pour des raisons indéterminées, le concubin a frappé violemment la victime. La jeune femme a été touchée au niveau de la tête à coups de pied et de poing. « Des coups extrêmement violents », a précisé le parquet de Pontoise. Se rendant compte de l'état critique dans lequel se trouve sa conjointe, l'homme alerte les pompiers. Il est alors aux environs de 1 heure du matin. à l'arrivée des secours, la victime est inconsciente. Amina est évacuée en urgence à l'hôpital Beaujon de Clichy (Hauts-de-Seine). Malgré les soins reçus, elle a succombé à ses blessures dimanche, vers 15 heures. Âgé de 28 ans également, son mari a été mis en examen pour homicide volontaire sur conjoint et placé en détention provisoire.
Dans le quartier, riverains et commerçants ne connaissaient que très peu ce couple qui n'avait visiblement jamais fait parler de lui. Aucune plainte pour des violences conjugales n'avait été déposée par le passé. Pour une proche de la victime: « Il est important de remonter à la source de cette relation. Une secte très violente est derrière ce diable. Je témoignerai dans ce sens auprès des autorités chargées de l'enquête. » Une enquête confiée à la brigade de gendarmerie de Montmorency.
Une marche silencieuse en mémoire d'Amina
 « Pour dire stop et refuser l'inacceptable. »
Vendredi, l'association Du côté des femmes, qui lutte contre les violences conjugales, organise, vendredi, une marche silencieuse en mémoire d'Amina, morte sous les coups de son concubin (lire ci-contre). La marche se tiendra dans les rues d'Ézanville, le rendez-vous étant donné à 11 heures à la mairie. L'association réclame davantage de campagnes de sensibilisation, mais également plus de places d'hébergement pour les victimes.
Thomas HOFFMANN
Source : L’Echo Le Régional, 17 octobre 2013