mardi 3 décembre 2013

Angers - Sectes : « L'objectif, c'est mettre en garde »

Le président de la mission interministérielle de lutte contre 
les sectes sera présent à Angers, ce mardi, pour une conférence
Trois questions à..
Serge Blisko, président de la Miviludes (Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires).
Quels sont les objectifs de votre mission ?
La Miviludes, que je préside depuis un an et demi, est composée d'une quinzaine de personnes. Tous sont au service d'un organisme d'Etat qui observe et analyse les phénomènes de dérives sectaires en France. Aujourd'hui, invité par l'équipe de la Ligue des droits de l'Homme, j'interviens pour présenter nos objectifs auprès des Angevins.
Récemment, le maire d'Angers s'est prononcé contre les actions publiques de la Scientologie...
Effectivement, il a adressé une mise en garde à l'intention des Angevins. Il est possible qu'une personne de la Scientologie ait décidé qu'il fallait augmenter la distribution de tracs dans les rues piétonnes. C'est vrai à Angers, comme dans d'autres villes... Le but, c'est de faire parler d'eux. C'est un mouvement très hiérarchisé, dont le siège est aux Etats-Unis. Avant de savoir s'il s'agit d'une secte ou pas, les gens doivent s'en référer à l'actualité : en octobre dernier, l'église de Scientologie a été condamnée à de fortes amendes pour escroquerie en bande organisée. C'est un message fort.
Comment évoluent les mouvements sectaires ?
De plus en plus, les petits groupes sectaires se multiplient, notamment à cause d'internet. Il faut savoir que selon un sondage de la Sofres, 25 % des Français ont déjà été approchés par un mouvement sectaire. D'ailleurs, beaucoup de personnes qui viennent à nos conférences ont été touchées par des dérives sectaires dans leurs propres familles.
Recueilli par Benoît ROBERT
Source : Ouest-France, Angers, 3 décembre 2013