samedi 11 janvier 2014

En quoi les satanistes croient-ils ?

En Novembre 2012, un monument de pierre gravé des Dix Commandements a été érigé sur un terrain de la capitale de l'État de l'Oklahoma. Sept ans plus tôt, lors d’un procès opposant le pétitionneur Thomas Van Orden au gouverneur Rick Perry, la Cour suprême des États-Unis avait statué qu'un monument représentant les Dix Commandements placé sur le sol de la capitale de l’état du Texas ne violait pas la clause du Premier amendement interdisant au gouvernement de faire une loi " sur l'établissement d’une religion ". Mais maintenant, les autres religions en veulent tout autant: en décembre le Temple satanique a lancé une campagne pour placer son propre monument aux côtés des Dix Commandements, le raisonnement qu'il devrait avancer auprès de l’état de l'Oklahoma est, que c’est : " l'occasion de montrer qu'ils épousent les libertés fondamentales énoncées dans la Constitution ". Ils voulaient lever 20 000 $ d'ici le 18 Janvier, ils ont déjà dépassé cet objectif. Lundi, ils ont dévoilé le projet de leur monument (photo) : une créature ailée, avec le torse d'un homme, la tête d'une chèvre avec des cornes, est assise sur un trône sous un pentagramme, deux doigts sagement levés, avec deux enfants, la tête levée, le regardant avec émerveillement. Les satanistes ont, paraît-il, le sens de l'humour. Mais en quoi croient-ils réellement ?
Cela s'avère être une question difficile à répondre. Vous ne serez pas surpris d'apprendre que les satanistes sont des gens plutôt turbulents, avec de nombreuses organisations, croyances et rituels. Beaucoup de ces organisations sont totalement ou partiellement occultes, avec de nombreuses personnes cachées aux non-adeptes. Certains sont des spiritualistes: ils adorent Satan en tant que divinité. Les adeptes des Ministères de la joie de Satan, par exemple, "savent que Satan / Lucifer est un être réel ", et estiment qu'il est " le Vrai Père et Dieu Créateur de l'humanité ". D’autres - notamment l'Eglise de Satan, fondée par Anton LaVey, le plus célèbre occultiste depuis Alesteir Crowley, et le Temple satanique - sont matérialistes, et rejettent la croyance en des êtres surnaturels. Lucien Greaves, un porte-parole du Temple satanique, se décrit comme « un athée quand il s'agit de croyances surnaturelles ", et dit que pour lui, le satanisme est synonyme de "souveraineté individuelle face à la tyrannie, et que c’est une poursuite de la connaissance, même si cette connaissance est dangereuse. " La bible satanique de LaVey proclame " La vie est la grande indulgence, la mort la grande abstinence ! Donc, profiter au maximum de l'ici et du maintenant ! ... Choisissez ce jour, cette heure, sans aucun rédempteur autour de vous ! "

Malgré ces différences, certains points communs relient de nombreuses branches spirituelles et matérialistes du satanisme : à savoir la croyance en un culte d'une divinité surnaturelle, et  la structure ecclésiastique qui a évolué pour soutenir un tel culte, impose aucun besoin de restrictions sur la connaissance humaine et le progrès ; la croyance en la science, la rationalité et l'apprentissage. Peter Gilmore, le successeur de LaVey en tant que chef de l'Église de Satan, fait la distinction entre «les gens charnels et les personnes spirituelles» : il estime que ces dernières ont besoin d'un "papa fantasmagorique dans le ciel", alors qu'il est "heureux d'être le centre de [son] univers". En ce sens, le matérialiste satanique semble proche, sinon impossible de distinguer d’un athéisme organisé, ou peut-être d'un athéisme avec des rituels. Mais M. Gilmore dit que son église utilise Satan dans le sens original hébreu comme "Adversaire " - " un personnage qui va se lever et tout remettre en question ". Satan dans ce sens devient une sorte de figure de la littérature ou une métonymie pour une  orthodoxie contestée, plutôt qu’un dieu maléfique ou sanguinaire.
Tout cela fait beaucoup moins de titres que des sacrifices d’animaux ou un meurtre rituel. Et, bien sûr, certains ont été condamnés pour des actes horribles commis nominalement pour, ou en rapport avec Satan. Mais ce ne sont pas les premiers meurtres commis au nom d'une religion, et il n'existe aucune preuve que ces tueurs soient plus représentatifs du satanisme que les autres tueurs d'inspiration religieuse le sont pour leur foi. Et pourtant, on imagine que ces arguments ne parviennent pas à influencer les législateurs de l'Oklahoma pour permettre l’installation d’une statue géante, à tête de chèvre, avec un pentagramme de siéger à côté d'un monument dédié aux Dix Commandements.
Source : The Economist, 9 janvier 2014, traduit avec l’aide de Google Traduction,
http://www.economist.com/blogs/economist-explains/2014/01/economist-explains-3