samedi 25 janvier 2014

Nantes - Le gourou en prison, sa compagne acquittée

La cour d'assises de Loire-Atlantique a considéré que la coaccusée de Gabriel Loison n'était pas responsable des viols commis par celui-ci. Le septuagénaire a été condamné à 10 ans de réclusion criminelle.
Une immense tension qui retombe dès le verdict tombé. Des rires et des larmes dans la salle. La jeune femme de 39 ans, coaccusée du gourou Gabriel Loison, est acquittée. Lui, il repart en prison. La cour d'assises de Loire-Atlantique vient de le condamner à dix ans de réclusion criminelle pour des viols sur deux jeunes filles. La plus jeune n'avait que 13 ans lorsqu'il a abusé d'elle. Elle participait à une session organisée par son Université de la nature et de l'écologie de la relation. Gabriel Loison, également fondateur des Jardins de la vie, avait été épingle dans un rapport parlementaire sur les sectes.
Debout, ramassé sur lui-même dans son costume gris, le septuagénaire encaisse l’énumération des infractions pour lesquelles il a été déclaré coupable, dont le président de la cour d'assises, Dominique Pannetier, donne une patiente lecture. Il ne reste pas longtemps impassible. Oui, Gabriel Loison a bien violé l'adolescente et la jeune femme, déclare la cour. Lui avait reconnu « la matérialité des faits » sur la plus jeune, mais avait soutenu qu'il s'agissait d'une démarche initiatique, sans rapport avec le plaisir.
Les jurés ne l'ont pas cru. Le gourou, qui vient déjà de passer trois années en prison, va retourner derrière les barreaux. Pas sa compagne, qui comparaissait libre. Olivier Morice, son avocat, salue un verdict « exceptionnel » : l'acquittement de sa cliente, jugée irresponsable de ses actes au moment de leur commission, puisqu'elle était sous la contrainte de son conjoint manipulateur. Impossible d'en savoir plus sur le mécanisme de cette emprise, puisque le procès s'est déroulé à huis clos. « Mais je suis énormément satisfait, déclare l'avocat. Pourtant, les quatre experts qui ont déposé ont considéré, eux, qu'il n'y avait pas eu de contrainte. Le parquet a dit en outre qu'il ne ferait pas appel. » Dans la matinée, l'avocat général, Gaël Surel, avait requis quatorze ans de réclusion criminelle à l'encontre de Gabriel Loison, et cinq ans (dont trois avec sursis) contre sa compagne.
Agnès CLERMONT
Source : Ouest-France, Loire Atlantique, 25 janvier 2014