mercredi 15 janvier 2014

Nantes - L'ex-amie du faux thérapeute dit avoir été sous son emprise mentale

Procès du gourou accusé de viol
Gabriel Loison, 73 ans, comparaît devant les Assises pour avoir notamment abusé d'une mineure de la région.
Au commencement, il y a les soupçons d'un grand-père, pressentant la survenue d'un drame. « Les parents de ma petite-fille sont entrés en contact avec Gabriel Loison sous couvert de préoccupations écologiques, rapporte cet ancien professeur de l'université de Nantes. Ils fréquentaient un magasin bio à Saint-Brévin (Ndlr : fermé depuis) dont le responsable vantait les conférences de Gabriel Loison. » C'était en 2010. Gabriel Loison, autoproclamé sociologue et psychologue, séduit son auditoire et vend à ses disciples des formations coûteuses à l'étranger : Maroc, Espagne, Costa Rica. Sur place, Gabriel Loison propose des séances d'initiation portées sur le sexe en groupe. Une adolescente de la région nazairienne, 13 ans à l'époque, et une Morbihannaise de 30 ans dénoncent des faits de viols, commis par le pseudo-thérapeute et sa compagne d'alors, Julie Baschet. Le gourou et son assistante sont cueillis en Espagne en mars 2011. Au cours de la perquisition menée à leur domicile, les enquêteurs saisissent un ordinateur truffé de photo- graphies d'orgies.
Huis clos
En juillet dernier, à la veille du report du procès, Me Thibaut Rouffiac, avocat de Gabriel Loison, ne contestait pas les faits de corruption de mineure et les relations qui ont suivi. Mais il réfutait toute « dérive sectaire ». Me Olivier Morice, avocat de Julie Baschet, va plaider l'acquittement, arguant que plusieurs expertises psychiatriques indiquent que sa cliente était « sous l'emprise mentale » de Gabriel Loison. Le procès, prévu jusqu'au 24 janvier, devrait se tenir à huis clos.
Yan Gauchard
Source : Presse-Océan, 15 janvier 2014