mardi 21 janvier 2014

Rennes - Harmonie du Temple Familial : une médecine chinoise bretonne

Pas toujours facile de créer une dhérapie innovante. Cela demande énormément d’énergie, doublé d’une communication appropriée.  Une présence méditatique importante, relayée par internet, est alors indispensable. Aussi les médias gratuits peuvent parfois, par inattention, relayer quelques pépites, dont certaines en s’y intéressant de plus près s’avèrent éblouissantes.
Ainsi, une infirmière diplômée d’état, praticienne en énergétique traditionnelle chinoise a « suivi plusieurs stages pour développer (s)es capacités de perceptions énergétiques », ajoutant : « L’énergétique traditionnelle chinoise ne prétend pas prendre en charge tous les dérèglements et travaille en accord avec un réseau de personnes, médecin, ostéopathe, sophrologue, naturopathe, psychologue, psychothérapeute... ». Faut-il s’en réjouir ou s’en inquiéter ?
Elle « propose également des journées de travail "Harmonie du Temple familial", ce sont des constellations familiales groupales , avec comme support, les 5 éléments » (eau, feu, bois, terre, métal). Coût du week-end : 120 €, logement et repas non compris.
Pour cela, notre infirmière a « participé à une formation sur la résolution de problématiques transgénérationnelles par les 5 éléments de la  Médecine Chinoise: HARMONIE DU TEMPLE FAMILIAL », dispensée par l’inventeur rennais de la méthode.
Dans cette approche, « Constellation familiale, transgénérationnel sont les maîtres mots. Ce travail, avec le support des 5 Eléments en Energétique Chinoise, est fait pour aider les personnes à résoudre une problématique familiale (transgénérationnelle), relationnelle, professionnelle, pathologique, des deuils non faits. »

Concernant les maladies graves, le créateur de « l’Harmonie du temple familial » écrit dans l’un de ses ouvrages : « Pour reprendre ma proposition disant que l'on ne guérit pas mais que l'on se transforme, je voudrais insister dessus en parlant dès maintenant des maladies graves. Celles qui mettent la vie en danger, le cancer et toutes manifestations dont l'échéance mortelle paraît difficilement évitable.
 Au regard de ma proposition, beaucoup est à dire. Pour moi, si une maladie ne propose dans sa finalité que la mort, c'est qu'il y a réfléchir sur le sujet. Ce que je suggère à mes patients dans ce moment-là, c'est qu'effectivement quelque chose doit mourir, obligatoirement. »
Et de poursuivre, « Pour continuer mon observation et sa progression, nous arrivons maintenant au stade où la maladie touche des organes et des fonctions mettant en jeu le pronostic vital. Dans ce cas, c'est toute notre vie qui doit radicalement changer. Tout ce qui composait le mode relationnel, tous les principes et croyances, toute l'hygiène de vie doit disparaître pour laisser naitre une nouvelle personne. La maladie l'énonce bien, ou tu changes ou tu meurs (tumeur) !
 La découverte du sens de la Vie devient le cœur de la réflexion, ce que l'on appelle la quête spirituelle est inévitable. »
Il y a des thérapeutes bien singuliers.
Source : CIPPAD, 21 janvier 2014