jeudi 20 février 2014

Angers: Expulsions musclées au débat de la Catho

Deux étudiants ont été légèrement blessés, mardi soir, à la fin de la conférence de Tugdual Derville, porte-parole de la Manif pour tous.
L'événement

Une conférence à la Catho qui tourne au clash. Quelques heures avant l'intervention du très controversé Tugdual Derville, porte-parole de la Manif pour tous. Matthieu Orphelin, conseiller régional Vert chargé de l'Éducation, seul élu à avoir réagir, avait alerté : « C'est pour moi inadmissible et choquant que la Catho l'accueille dans ses murs. On croit rêver ! »
Mercredi soir, une trentaine d'autres étudiants, opposés à la tenue de conférence, avaient investi les premiers rangs, dans un amphithéâtre comble. Ils ne sont intervenus qu'à la fin. « Il fallait poser ses questions en les inscrivant sur de petits papiers. Comme elles n'étaient pas prises en compte, nous avons voulu intervenir publiquement. » Mais dès que ces étudiants se sont levés - ils se trouvaient à proximité de la scène - des membres du service d'ordre sont intervenus aussitôt. Et de façon très musclée-
Coups de poing
« Ils nous ont sauté dessus, en
nous portant des coups violents,
témoigne Thomas Zucchelli. Un
type m'a même donné des coups
de poing au visage, à la sortie de
la salle. Un ami a été plaqué contre
la porte, sa tête a heurté le mur... »
L'ami en question, Aykel Garbaa, lui
aussi étudiant à la Catho, se dit « profondément choqué qu'un meeting
politique se tienne ici », ainsi que de
se faire « agresser dans l'amphi de
son université par des gens extérieurs, sous les yeux du recteur ! »
Thomas Zucchelli est allé au CHU pour se faire soigner. Avec un jour d'arrêt de travail. Une plainte a été déposée.
Pour Christophe Lefebvre, délégué épiscopal à l'information, les organisateurs auraient cherché à donner droit à l'ensemble des questions posées, y compris celles qui ne partageaient pas le point de vue de l'intervenant. « Malgré cela, des débordements ont eu lieu. Plusieurs étudiants ont souhaité monter sur la scène pour intervenir sans y avoir été autorisés. Ils ont été écartés par le comité d'organisation. Ces débordements sont profondément re- grettables. »
Hier matin, les deux étudiants ont été reçus par le Recteur Dominique Vermersch. « Je ne peux que regretter ces débordements. Il y a un une bévue dans la remontée des questions, fort nombreuses par ailleurs. Je peux comprendre l'énervement de ces étudiants. » Quant aux propos reprochés, il affirme qu'il n'a fait que citer le conférencier. « L'UCO a une tradition de tolérance et d'ouverture. Nous accueillons de multiples conférences et colloques. Là, pour moi, c'est un échec. »
Dominique Vermersch a proposé aux deux étudiants de reprendre le débat, en accord avec le corps académique : « La question de l'écologie humaine est aussi un débat universitaire. Un concept d'il y a plus d'un siècle. » Il regrette que l'image de la Catho ait ainsi été « écornée ». « Cela invite chacun à la responsabilité et à aller au-delà de l'émotion. »
Jean-Michel HANSEN
Source : Ouest-France, le 20 février 2014

Note du CIPPAD : Tugdual Derville serait également proche du mouvement déviant les Légionnaires du Christ. Il côtoie aussi la branche italienne du mouvement à caractère sectaire Tradition Famille Propriété, Alleanza Cattolica, mouvement animé par Massimo Introvigne, responsable du lobby pro-sectaire le CESNUR. M. Derville participait d’ailleurs en octobre 2013, aux côtés de M. Introvigne, à un colloque d’Alleanza Cattolica en Italie (vidéo, 16ème min.).
Enfin, Tugdual Derville a récemment organisé dans une cinquantaine villes françaises, avec l’association Alliance Vita, un cycle de conférences intitulé l’Université de la vie – Cycle de formation bioéthique. A Angers, ces conférences ont bénéficié de la logistique du Centre diocésain.