samedi 1 février 2014

« En décembre, elle a écrit sur Facebook qu’elle s’ennuyait »

« Manipulation mentale » ; « séquestration psychique. » Voilà les mots choisis par Me Guy Guenoun, avocat au barreau d’Avignon, pour qualifier la situation de Nora, 15 ans, disparue depuis neuf jours.

Cette élève de seconde au lycée Mistral, à Avignon, a annoncé sur son compte Facebook qu’elle partait rejoindre les combattants djihadistes contre Bachar el-Assad en Syrie (lire notre édition d’hier). Elle a quitté le domicile familial de Champfleury jeudi 23 janvier. Son frère a aussitôt alerté la police. Depuis le début de semaine, le parquet anti-terroriste de Paris a confié l’enquête, conjointement, à la sous-direction anti-terroriste, à la Direction centrale du renseignement intérieur et à l’antenne de la police judiciaire d’Avignon. Une enquête qui aurait déjà permis d’établir que l’adolescente a pris l’avion depuis Paris pour rejoindre la Turquie, puis un second vol pour atteindre la frontière syrienne. C’est là-bas qu’elle a été localisée, lorsqu’elle a appelé sa famille mercredi. Indiquant qu’elle allait bien, et qu’elle était déterminée à rentrer sur le sol de ce pays déchiré par le conflit.

« Pénalement, il n’y a rien à faire pour l’instant »

« Ma conviction, c’est que ce n’est pas possible qu’elle soit partie là-bas pour faire la guerre. Il suffit de la voir, elle a un physique frêle, elle est plus légère qu’une kalachnikov… », indiquait hier Me Guenoun, qui soutient la famille de Nora. « Elle est forcément partie là-bas pour servir à d’autres causes que dans les forces armées du djihad », assurait l’avocat qui tient, dans cette affaire, un rôle « de soutien moral et de conseil avant tout. Pénalement, il n’y a rien à faire pour l’instant, nous sommes dans l’hypothèse. Face à l’anonymat d’internet, et l’extranéité. C’est difficile de lutter contre ça. »

L’avocat fustigeait la facilité avec laquelle Nora, 15 ans, a pu sortir du territoire. « Nos frontières sont poreuses. […] Mais il apparaît probable que son voyage a été extrêmement bien préparé, planifié, par une organisation intelligente et structurée. » En France, une personne de plus de 12 ans peut quitter le territoire sans ses parents avec son passeport. Nora s’était muni de celui-ci après avoir prétexté auprès de sa famille une perte de sa carte d’identité.

La guerre sainte, sujet de discussion sur Facebook

Elle a disparu avec 550 euros retirés d’un compte bancaire, une valise grise, et changé deux fois de numéro de téléphone depuis son départ. Hier, les enquêteurs s’attachaient à la localiser. L’ordinateur qu’elle utilisait a été saisi. Elle s’en servait pour discuter, via un compte Facebook aujourd’hui clôturé, de la guerre sainte avec des contacts. « Son frère a indiqué que, depuis le mois de septembre, elle avait radicalisé son comportement, avec un fort absentéisme scolaire, et était en liaison via internet avec des personnes en région parisienne apparentées au djihad », a confirmé, hier à l’AFP, le procureur de la République à Avignon Bernard Marchal.

Me Guenoun, lui aussi, cherche à comprendre les raisons d’un tel départ. « En décembre, elle a écrit sur Facebook qu’elle s’ennuyait… »

Source : Le Dauphiné, 1er Février 2014