vendredi 7 février 2014

Château-Gontier - Un médecin du centre hospitalier du Haut-Anjou radié par ses pairs

La direction du centre hospitalier du Haut-Anjou (CHHA), à Château-Gontier, avait à titre conservatoire suspendu de ses activités le médecin depuis le 29 mars 2013. Cette décision avait été prise à la suite d'une réclamation d'une patiente se plaignant d'une atteinte à sa pudeur, dans le cadre, d'une consultation dite de médecine douce visant à la prise en charge de la douleur.

Après la découverte des agissements d'un médecin au sein du CHHA, l'affaire portée sur la place publique (lire HA du 5 avril 2013) avait provoqué la stupeur. Le conseil de l'ordre des médecins de la Mayenne avait alors été saisi par la direction du CHHA de faits afférents aux soins dispensés par ce médecin, en 2012 et en 2013, à des patientes : «Des enquêtes administratives sont en cours, avait déclaré François Dima, président de l'ordre des médecins de la Mayenne. S'il s'avère que le médecin en question n'a pas respecté l'éthique déontologique, il sera poursuivi (...)» C'est ce qui s'est passé.
Le conseil de l'ordre des médecins des Pays de la Loire a été saisi d'une plainte du conseil de l'ordre des médecins de la Mayenne et de l'ARS (agence régionale de santé) à l'encontre du médecin incriminé. Spécialiste en anesthésie-réanimation, celui-ci avait mis en place une consultation de mésothérapie, depuis 2006 au CHHA de Château-Gontier, dans le cadre du traitement de la douleur. Ce médecin a été entendu par ses pairs devant la chambre disciplinaire de première instance du conseil de l'ordre des médecins des Pays de la Loire, le 9 décembre 2013.
Source : Le Haut-Anjou, 7 février 2014