dimanche 2 mars 2014

Dordogne - Généalogie et influence du transgénérationnel

Samedi 1er mars, le Cercle d'histoire et de généalogie est venu présenter le recueil des actes d'état civil de la commune de 1604 à 1913. Il a lui-même fait les recherches pour la lointaine période 1604-1821 puis des bénévoles de la commune ont fait les relevés de 1821 à 1913. Ghislaine Faurie-Lajonie a tout d'abord fait état de ses recherches historiques sur la commune : traces celtes, templiers et hospitaliers de Château-Bouchet etc...Max Jardon a ensuite raconté, avec l'humour qu'on lui connaît, les trouvailles croustillantes de ses recherches sur les registres paroissiaux. Ce généalogiste est très au fait de la psychogénéalogie et a conseillé quelques ouvrages traitant de l'héritage par transmission générique différente de la transmission génétique. Là, le public "cala" un peu !
Source : Sud Ouest, 1er mars 2014,
http://www.sudouest.fr/2014/03/01/genealogie-et-influence-du-transgenerationnel-1477526-1707.php

Note du CIPPAD : on comprend tout à fait que « le public « cala » un peu », en passant de l’histoire de la commune d’Angoisse, en Dordogne, à la psychogénéalogie, méthode farfelue reposant sur d’hypothétiques coïncidences construites et sur aucun fait établi.
L’intervenant est coutumier de ces pseudo-démonstrations et, déjà en 2010, Sud Ouest rapportait que l’expert en état civil «  va encore plus loin en évoquant les étranges coïncidences que les gens peuvent vivre avec l'histoire de leur famille. Il a même une théorie de « transmission inconsciente ». » Cela a de quoi inquiéter, et même filer des angoisses.