mercredi 5 mars 2014

Hérouville - Prison ferme pour l'islamiste normand

Jugé à Paris pour apologie et provocation au terrorisme, un jeune habitant d'Hérouville a peiné à justifier ses publications sur Internet. Des extraits d'une revue qui prône le djihadisme solitaire.
Une longue barbe, les cheveux attachés, un tee-shirt gris à manches longues, Romain Letellier, 27 ans, s'assoit sur le banc des prévenus de la 17e chambre du tribunal correctionnel de Paris. Placé en détention provisoire, il est accusé d'avoir publié sur le site qu'il modérait, Ansar Al-Haqq, de larges extraits de la revue djihadiste Inspire, créée par Al Qaida dans la péninsule arabique. Des messages monstrueux vantant l'efficacité des derniers attentats, notamment celui de Boston. On y apprend comment tuer le plus grand nombre de civils...
Trois ans de prison dont deux avec sursis
Comment ce jeune homme, originaire de Clécy, petit village du Calvados, a pu en arriver là. « Je suis né dans une famille athée, communiste. Petit, je savais que j'étais croyant, mais quand j'en parlais, on se moquait de moi. » C'est au lycée, à Caen, où il passe un bac STG Marketing, qu'il rencontre de jeunes musulmans. « Enfin, je pouvais parler de religion, librement. Ils n'étaient pas pratiquants. Moi, j'ai appris à le devenir. » Il lit des livres, va sur Internet et se déclare musulman, sans autres formes de cérémonies.
Titulaire d'un BEP de compta, il multiplie les petits boulots dans le bâtiment. Sur un site de rencontres pour musulmans, il se lie avec une jeune femme tchétchène qu'il épouse religieusement. Ils auront un enfant qu'il ne reconnaîtra pas. Toujours sur un site spécialisé, il rencontre sa deuxième femme, une jeune franco-marocaine, enceinte de lui.
Vivant des allocations chômage, puis du RSA, Romain passe du temps derrière son ordinateur. Il se fait remarquer sur le site djihadiste Ansar Al-Haqq. Il poste des commentaires, prend le pseudonyme d'Abou Siyad Al-Normandy et en devient le modérateur principal. C'est lui qui va prendre la décision de faire traduire et de publier deux numéros d'Inspiré. Il prend soin de faire retirer des passages « très techniques » expliquant comment fabriquer une bombe, créer un carambolage... Mais laisse passer des chapitres entiers faisant clairement appel à la Guerre Sainte, au martyr. « Je ne les avais pas lus », « je ne comprends pas l'Anglais », « je ne savais pas qu'il y avait de tels propos... » se défend maladroitement Romain Letellier.
Il fait part de son regret, de « son manque de recul ». Promis, il ne le refera pas et veut désormais vivre tranquillement à la campagne. Il tente d'oublier sa propre publication où l'on voit une tour Eiffel avec ce message : « Malheur à la France, et malheur à son peuple. » « Qui êtes-vous, s'interroge la procureure de la République ? Vous publiez des textes qui incitent à la violence mais vous n'en voyez pas la portée ? » Elle n'en croit rien. Le tribunal a finalement condamné Romain Letellier à trois ans d'emprisonnement dont deux avec sursis. Il a déjà purgé six mois. Son maintien en détention a été demandé.
Philippe LEMOINE.
Source : Ouest-France, 5 mars 2014