samedi 22 mars 2014

Niort - La magnétiseuse a-t-elle délesté l'amie de 40.000 € ?

Je reconnais que j'ai abusé mais j'avais besoin d'argent. Avant d'avouer en partie seulement le délit pour lequel elle est à la barre, l'ancienne commerçante de Frontenay- Rohan-Rohan aura tenté de se justifier et de minimiser. Soupçonnée d'avoir subtilisé plus de 40.000  € à une personne âgée, elle comparaissait hier pour escroquerie, falsification de chèques et abus de confiance sur personne vulnérable.
"  Très vite, ma cliente a été sous son emprise mentale  "
Le président du tribunal explique que c'est la banque qui a saisi le parquet. Il est reproché à la mise en cause d'avoir utilisé la carte bancaire, puis le chéquier de son amie de plus de 20 ans. L'octogénaire, par ailleurs propriétaire de plusieurs magasins dans le secteur, loue son local à celle qui lui rend des services au quotidien. « Cette dame vous demandait, compte tenu de sa fatigue, de lui retirer pour ses besoins personnels 60  € par semaine, avec sa carte bancaire, explique le président du tribunal. Ce que les gendarmes ont relevé durant leur enquête, c'est que les montants étaient dans la plupart des cas bien supérieurs. »
La quinquagénaire coupe le président et tente d'expliquer qu'il s'agit d'une amie. Que les retraits bancaires ont toujours été effectués avec son accord. « Nous vivions ensemble. Elle venait me voir au magasin et je m'occupais d'elle. » Des réponses qui laissent perplexes les magistrats. Il y a aussi l'exercice de ses dons de magnétiseuse. « Vous aviez cette activité non déclarée et vous lui faisiez payer très cher ce que vous appeliez des potions. Vous lui facturiez 300  € chaque consultation alors que le tarif normal pour les autres clients était de dix fois moins. Ce qu'il vous est reproché, c'est d'avoir abusé de sa faiblesse. »
Me Barillot, pour la partie civile, enfonce alors le clou. « La prévenue savait très bien que ma cliente était dépressive et qu'elle croit au magnétiseur. Très vite ma cliente a été sous son emprise, une emprise mentale. Madame est un escroc et il faut qu'elle l'entende. »
Un avis partagé par le procureur de la République Nicolas Leclainche. « La prévenue nous parle d'une relation d'amitié qu'elle entretenait avec la victime, moi je pense plutôt que c'était l'argent qui l'intéressait. » Il note par ailleurs que le chiffre d'affaires du magasin reposait essentiellement sur les achats de la personne âgée. Il requiert 6 mois de prison avec sursis et mise à l'épreuve durant 18 mois avec l'obligation d'indemniser la victime.
Des réquisitions en complète opposition avec l'avocate de l'ancienne commerçante, Me Billerey-Hirel. Pour elle, l'enquête des gendarmes ne vaut rien. « Le listing des relevés bancaires ne constitue absolument pas une preuve. » Elle demande la relaxe de sa cliente.
Le jugement a été mis en délibéré au 3 avril.
nr.niort@nrco.fr
Compte rendu d’audience Philippe Engerbeau
Source : La Nouvelle République, 21 mars 2014,
http://www.lanouvellerepublique.fr/Toute-zone/Actualite/Faits-divers-justice/n/Contenus/Articles/2014/03/21/La-magnetiseuse-a-t-elle-deleste-l-amie-de-40.000-1838759