samedi 29 mars 2014

Un radiesthésiste aurait découvert la présence d'un corps à Nonant-le-Pin

Est-il possible de découvrir un corps ?

Mystérieux pour certains, scientifique pour d'autres. La radiesthésie reste un domaine à la fois méconnu et mystérieux qui peut déchaîner les passions dans un sens comme dans l'autre. Alors qu'un Argentanais dit avoir détecté un corps à Nonant-le-Pin, enquête chez ses confrères.
« Il y a des bases scientifiques dans la radiesthésie, le travail du sourcier ». David Lecœur est radiesthésiste installé dans le sud du Calvados, mais aussi spécialiste de l'histoire de ce qui, pour lui, est une science.
Il s'appuie d'ailleurs pour cela sur les travaux du Pr Yves Rocard, père du politicien mais aussi de la bombe atomique française. « Il a démontré que trouver de l'eau était un acte physique. »
Charlatanisme
Le scientifique, sachant qu'il traitait d'un sujet sensible, a attendu d'être à la retraite pour prendre position. Dans la communauté scientifique, on parlait de charlatanisme et d'obscurantisme. Pourtant, le Pr Rocard s'est attaché à donner une explication scientifique à la sensibilité des sourciers en prenant comme postulat : « il y a une mesure dans les choses ». L'excès dans tout est un défaut. Les forces électromagnétiques sont partout, aucun objet spatial n'échappe à la loi attraction-répulsion.
Un acte physique
David Lecœur explique, quant à lui, qu'un radiesthésiste « est capable de détecter une eau en mouvement, une cavité, grâce à la différence de pression. Bref, tout ce qui est en mouvement (...) Trouver de l'eau est un acte physique. On entre dans un champ magnétique quand il y a de l'eau ».
La baguette, le pendule ou autre objet n'étant que l'outil pour exprimer le ressenti humain. « La baguette a une certaine élasticité. Le pendule est mobile. Mais c'est mon poignet qui le fait bouger. Je décide du mouvement qui s'opérera si je sens quelque chose. C'est codifié d'avance. » Autrement dit, il s'agit d'un signal envoyé au cerveau et qui se répercute dans les muscles.
Allant plus loin, dans un entretien avec le Pr Perraud, le Pr Rocard rappelait que la « magnétite est présente sous la forme d'oligo-éléments chez tous les êtres vivants. Certains individus possèdent une quantité de ferromagnétite supérieure à la moyenne (...) Ils ont la capacité à capter ou émettre un champ électromagnétique. J'ai suivi de nombreux sourciers, leur pouvoir est réel. Les sourciers, avant de trouver de l'eau, détectaient d'abord la différence de potentiel magnétique qui existe entre un sol qui contient de l'eau d'un sol qui n'en contient pas. »
Prudence
Quant à savoir si on peut ou pas retrouver un corps, David Lecœur se veut très prudent. « Certains sont capables de retrouver un animal. C'est ce que j'ai pu collecter chez nos anciens. » Reste que les animaux sont... vivants.
Pour cette autre radiesthésiste de la région d'Argentan, « tout est possible. Je pense que nous ne connaissons pratiquement rien de nos capacités à faire ce type de recherche. »
Cette dernière a été initiée par son grand père à barrer le feu, mais a découvert, par elle-même, ses capacités à trouver des sources. « Pour moi, il faut un morceau de bois de l'année. N'importe quel bois fait l'affaire. Pour certains, il faut du noisetier. Il bouge en fonction de l'endroit où se trouve le point d'eau. »
Esotérisme
Pour la jeune femme, il s'agit de magnétisme. « Je pense que tout le monde en a, mais que chacun le développe plus ou moins. » Même si elle se dit croyante, elle réfute l'idée d'ésotérisme. « Je ne crois pas au mal. » Elle déplore d'ailleurs que certaines personnes usent de leur don pour abuser de la faiblesse ou la détresse d'autres. « Je pense que pour pouvoir utiliser cette technique, il faut faire preuve d'une certaine déontologie personnelle. »
Quant à l'apprentissage, « il n'y a que dans l'expérience que l'on peut dire que ça marche ou pas. » 
Science ou magie ? Les experts devraient donner leur réponse dans les semaines à venir dans l'affaire de Nonant.
Christophe RIVARD
Source : Le Journal de l’Orne, 27 mars 2014

Note du CIPPAD : concernant les travaux du Pr. Yves Rocard, l’article du Pr. Henri Brugère, Ondes et croyances paranormales, publié en 2009, replace bien les choses, et on ne peut que s’étonner que le « pouvoir » des sourciers n’ait fait l’objet d’aucune validation alors qu’aujourd’hui les moyens techniques de mesure le permettent.