mardi 29 avril 2014

Alliance Vita - Dérives intégristes au lycée Gerson: Des parents d’élèves en colère

ENSEIGNEMENT - Pendant que la direction diocésaine de l’enseignement catholique fournissait son compte rendu, les parents d’élèves se sont attroupés devant la grande porte. Reportage sur place...
La polémique ne désenfle pas. Accusé de dérives intégristes, le lycée Gerson, situé dans le 16e arrondissement de Paris, restait ce lundi dans le viseur des parents d’élèves. Tandis que la direction diocésaine de l’enseignement catholique présentait dans la soirée son compte rendu de la visite de tutelle effectuée au sein de l’établissement avant les vacances de Pâques, les parents d’élèves attendaient dans l’espoir d’assister à la réunion, mais la porte est restée close. «On ne peut rien dire, c’est privé.»
Devant l’entrée, les petits groupes sont apparus plus divisés que jamais.
Des parents d’élèves très désunis
Certaines mères sont venues «pour soutenir Monsieur Person». Rapidement, les langues se délient et le terme «délation» est prononcé. Pour elles, le lycée est victime d’une machination, car leurs enfants «sont très heureux». Mais tous les parents ne voient pas les choses de la même manière. Un peu plus loin, d’autres groupes d’adultes se forment. Ils n’ont pas d’avis, mais ils ne comprennent pas pourquoi cette réunion n’est pas publique. Ils cherchent des informations. «C’est angoissant toutes ces histoires, je ne veux pas que mes enfants soient dans une école intégriste», s’inquiète une mère.
D’autres, plus vindicatifs, critiquent ouvertement le groupe de soutien au
directeur. «Je ne les vois pas aux événements de l’école», dénonce un père de famille en les observant. «Le lycée est sous contrat avec l’Etat, mais il se comporte comme un établissement privé. Cette réunion à huis clos, ce n’est pas normal. Je ne reconnais pas l’idée de tolérance qui m’a poussé à inscrire mon fils».
Le ton monte et les altercations sont nombreuses. «Ce n’est pas normal qu’à 11 ans, on leur parle de suicide. Pour Alliance Vita, j’ai entendu dire que les enfants sont sortis en pleurs», s’offusque une mère, membre de l’association des parents d’élèves.
Des jeunes filles choquées

De leur côté, les élèves ne montrent pas la même angoisse que leurs parents. On entend des «bruits de cette histoire» au collège. Mais pour Loïc, «tant qu’il n’est pas viré, tout va bien». «Ça a parlé de sexe lors d’un cours et quelques-uns ont été choqués», explique pour sa part un enfant.
Chez les terminales, certaines jeunes filles se disent choquées par les propos tenus lors de la fameuse intervention d’Alliance Vita. «On ne nous a pas traitées clairement de meurtrières, mais c’était quand même l’idée. On pouvait l’interpréter de cette manière.» Toutefois, parmi les lycéens, ils demeurent un certain nombre à se sentir bien dans cet établissement.
Sélèna Jeusset

Source : Le Parisien, 28 avril2014,
http://www.20minutes.fr/paris/1362965-lycee-gerson-colere-au-sein-des-parents-d-eleves