mardi 15 avril 2014

Côte d’Or - Enseignant et raëlien : le rectorat « n’est pas inactif »

L’affaire de l’enseignant de l’école primaire de Fontaine-Française, par ailleurs auteur d’un blog, public, où il fait l’éloge du mouvement raëlien (nos éditions du vendredi 11 avril), a connu des suites importantes ce lundi. 
Évelyne Greusard, directrice académique de Côte-d’Or, a en effet indiqué avoir reçu l’enseignant concerné pour évoquer avec lui le contenu de son blog. « Il a le droit de faire partie d’un mouvement », indique-t-elle. « Cela relève de sa liberté de conscience. En revanche, ses convictions personnelles ne peuvent pas être liées sur son blog à sa qualité d’enseignant. C’est la neutralité du service public qui est en jeu. » Le rectorat de l’académie de Dijon n’est donc « pas inactif et va procéder à une démarche officielle en direction de cet enseignant ». Sous quelle forme ? Demande de suppression de certains passages du blog ? Suspension de l’enseignant ? La directrice académique de Côte-d’Or « ne le sait pas encore » mais promet « une avancée du dossier dans les semaines qui viennent ».
De son côté, l’enseignant concerné est, selon le rectorat, « en arrêt maladie, ébranlé par l’ampleur qu’a pris cette affaire ». Mais il a lui aussi réagi, ce lundi matin. Dans un long mail signé « Kiss and peace, Huilda Rachid, nous sommes des nomades, des voyageurs du temps, des enfants terribles », il indique notamment : « Oui, je suis raëlien et fier de l’être, mais je ne comprends pas pourquoi ma position d’enseignant et le prétexte de soi-disant plaintes de parents devraient être associés à une pseudo-enquête sur les sectes. Être raëlien n’est pas un délit en France à ce que je sache [...].L’enseignant se défend
Il existe des dérives sectaires partout et parfois des situations d’abus de faiblesse. Je ne conteste pas la nécessité de les combattre et il y a une justice pour cela. Je rappelle que le mot secte en France n’a aucune valeur juridique, que les Nations Unies préconisent l’utilisation du vocable “nouvelles minorités spirituelles”, que la France a été à plusieurs reprises rappelée à l’ordre par les instances européennes pour non-respect de la laïcité et montrée du doigt par les États-Unis pour sa politique de discrimination religieuse.
La démocratie, c’est la protection de tous les citoyens, en particulier des plus faibles, le refus de toutes les discriminations reposant sur la couleur de peau, la religion, les opinions politiques, syndicales ou philosophiques [...]. »
Fréderic Joly
Source : Le Bien Public, 15 avril 2014,
http://www.bienpublic.com/grand-dijon/2014/04/15/enseignant-et-raelien-le-rectorat-n-est-pas-inactif