samedi 12 avril 2014

Côte d’Or - Enseignant et Raëlien

A Fontaine-Française, un enseignant en charge d’une classe de CP est aussi l’auteur d’un blog public faisant l’éloge du mouvement raëlien. Il se défend.
Un blog, “Amour et conscience : religion infinie”, facilement trouvable sur internet. Sur ce blog, plusieurs références élogieuses au mouvement raëlien, et des photos d’un homme, à visage découvert. Sur l’une d’entre elles, il médite sur le char de l’avenue du drapeau, à Dijon. Sur une autre, il exécute la fameuse “quenelle” debout sur le même char.
Sur le blog, un texte rédigé en octobre 2011 rend compte de l’événement suivant : « Rachid le Timide, [...] citoyen du monde, raëlien, paysan, poète, philosophe, a apposé [...] sur la porte de sa maison une affichette avec la mention “Une ambassade pour les extra-terrestres” en proposant que tous les citoyens du monde prêts à un contact avec une civilisation extra-terrestre fassent de même. »
Sur le web, cet homme s’est renommé “Rachid le timide”. Dans la vie, il est enseignant, à l’école primaire publique de Fontaine-Française, en charge d’une classe de CP.
Ce jeudi, à Fontaine-Française, à l’heure de la sortie des classes, l’enseignant a d’abord hésité à s’exprimer, avant d’assumer pleinement à la fois son blog et son métier d’enseignant. « Ce sont deux choses bien distinctes », martèle-t-il. « C’est ma liberté de penser, mais je n’en fais strictement jamais état quand je suis à l’école. Je suis sur le même secteur géographique depuis une quinzaine d’années et j’ai toujours été apprécié. » Même réponse pour la quenelle affichée sur le blog : « C’est un geste anti-système et j’ai d’ailleurs mis sur mon blog un lien vers une vidéo de Dieudonné où il explique ce geste. Mais bien évidemment, je n’en parle absolument jamais avec mes élèves. » Chantal et Stéphanie ont plusieurs enfants qui ont été scolarisés dans la classe de l’enseignant, entre 2001 et 2005. Elles reprochent notamment à l’intéressé de faire preuve « d’élitisme » et de « laisser les enfants faisant preuve de difficultés scolaires sur le côté ». Elles ont pris connaissance du blog où figure la photo de la quenelle. Elles y auraient même trouvé des passages « faisant l’apologie de la nudité ».
Défendu par certains parents
Ce jeudi, à l’école primaire de Fontaine-Française, plusieurs mères de famille ont défendu l’instituteur. « Il est un peu spécial, mais ça se passe très bien avec les enfants », dit l’une d’elles. « Lui confier nos enfants pour leur première année en primaire nous rassure, car il sait les mettre à l’aise », ajoute une autre. « Il est super ! Ma fille m’a même dit que pour elle, c’est un deuxième papa. C’est un de rares enseignants avec qui la barrière profs-parents n’existe pas. Quand un enfant est malade, c’est aussi un des seuls à venir porter les devoirs à la maison. Ce n’est quand même pas sur le look et la personnalité d’un homme qu’on juge ses qualités d’enseignant. »
Certains des parents ont vu le blog personnel de l’instituteur, mais continuent de le soutenir : « C’est sa vie, sa réflexion personnelle, il n’en fait jamais état auprès des enfants. Donc, cela ne nous regarde pas. » Une mère de famille a même abordé, à l’extérieur de l’école et à plusieurs reprises avec l’enseignant, les sujets abordés sur le blog : « Mais c’est toujours moi qui ai pris l’initiative, jamais lui. »
EXTRATERRESTRES, CLONES et sexe libre
Le mouvement raëlien, classé parmi les sectes par la commission parlementaire de 1995 (un classement qu’il conteste), n’a plus d’existence légale en France depuis 2003, date de son auto dissolution dans le pays. Le mouvement a été créé en 1974 par Claude Vorilhon, un ancien journaliste sportif qui affirmait avoir rencontré un extraterrestre près de Clermont-Ferrand. Il aurait reçu des messages sur l’origine de la vie et a pris le nom de Raël. Puis les extraterrestres l’auraient emmené en 1975 sur une planète où il aurait connu Bouddha, Jésus et Mahomet. Le mouvement raëlien, dont le siège se trouve en Suisse, soutient le clonage humain pour réaliser l’immortalité, prône la libération sexuelle et la « méditation sensuelle ».
La réaction du rectorat
Du côté du rectorat, qui semblait découvrir la situation mercredi, la réponse est laconique : « La situation est en cours d’examen et la personne dont il est question sera reçue très prochainement par le directeur des ressources humaines. » Pas de réponse au sujet des sanctions encourues par un enseignant dans le cas où l’on apprend que ce dernier fait partie d’une secte. A noter que dès jeudi matin, un inspecteur a été envoyé dans l’école de Fontaine-Française pour contrôler l’instituteur.
Frédéric Joly et Nicolas Rouillard

Source : Le Bien Public, 11 avril 2014