mercredi 9 avril 2014

Dans la lignée de l'affaire Vincent Lambert, dont les parents sont très traditionalistes : L'euthanasie, nouveau cheval de bataille des intégristes (enquête « L’Eglise pèche à l’extrême droite »)

Depuis dix ans, dans les affaires d'euthanasie, le débat public était clair : on voyait s'affronter le monde des soins palliatifs et des associations de citoyens se battant pour le libre choix de la mort. Avec l'affaire de Vincent Lambert (1), tout est devenu atypique; pour la première fois, ce sont les milieux catholiques traditionalistes qui, non seulement, sont montés au créneau les premiers, mais ont été à l'origine de la révélation de ce drame, puis des différents épisodes. Activant, pour cela, leurs réseaux sur le Net. Ainsi, avant tous les médias, c'est l'Association catholique des infirmières et médecins qui a réagi la première, le 13 mai 2013, à l'audience du tribunal de Châlons-en-Champagne, demandant à l'hôpital de Reims de réalimenter Vincent Lambert: «C'est bien à une tentative d'assassinat à petit feu effectuée par des médecins qu'a échappé Vincent Lambert grâce à sa famille avec laquelle nous avions eu des contacts», dit l'association que dirige Jean-Pierre Dickes. Cet homme n'est pas seul : il est soutenu par Jeanne Smits, une journaliste franco-néerlandaise, directrice du quotidien d'inspiration catholique Présent. Elle tient un blog, extrêmement bien informé sur Vincent Lambert.
La mère de Vincent Lambert est proche de la Fraternité Saint-Pie-X, un mouvement catholique intégriste en rupture avec le Vatican, farouchement opposé à l'abrègement de toute vie. Le père de Vincent, gynécologue, est, de son côté, un opposant actif à l’IVG. Il a notamment dirigé l'association Laissez-les vivre dans l'Indre. Lui et sa femme ont appelé «les réseaux catholiques à ne pas laisser faire cette mise à mort». Leur avocat est Jérôme Triomphe, juriste bien connu des milieux intégristes. Il a défendu de nombreux militants de la Manif pour tous mais aussi l'institut Civitas, mouvement catholique intégriste qui se dit «engagé dans l'instauration de la royauté sociale du Christ» et le magazine d'extrême droite Rivarol face au FN. Il a aussi participé à des conférences organisées par l'Alliance générale contre le racisme et pour le respect de l'identité française et chrétienne (Agrif), mouvement proche de l'extrême droite.
ÉRIC FAVEREAU
(l) Vincent Lambert, 38 ans, ancien infirmier psychiatrique, tétraplégique sans espoir
de récupération depuis un accident de la routé en 2008, est au coeur d'une lutte entre sa femme –qui avait accepté, en accord avec le CHU de Reims, l'arrêt de son maintien en vie artificiel- et ses parents qui ont réussi à faire annuler cette décision.
Source : Article extrait de l’enquête « L’église pèche à l’extrême droite », Libération, 9 avril 2014