samedi 3 mai 2014

Dinan - Le guérisseur a-t-il abusé de ses clientes ?

Un homme qui consultait à Dinan depuis deux ans et prônait le port de la jupe a été filmé en caméra cachée sur France 2. Il fait l'objet d'une enquête pour viols.
« Du bien-être aux dérives sectaires » : ce reportage diffusé dans l'émission Envoyé Spécial, jeudi 20 mars, a dû estomaquer bien des spectateurs dinannais. Dans ce document qui suit des enquêteurs de la Caïmades - une cellule de la police judiciaire spécialisée dans la lutte contre les dérives sectaires - un « accompagnant » pratiquant dans la cité médiévale depuis deux ans a été filmé en caméra cachée. Il y a donné au moins une dizaine de conférences visant à « donner les clés » pour « renaître à nous-mêmes », « guérir du passé et accéder à nos pleines potentialités », « mieux communiquer avec les autres ». Jusqu'ici rien de scandaleux.
Théories sexistes


Le reportage, lui, donne un aperçu de ses théories, qui apparaissent fumeuses et sexistes : « Il y a un déséquilibre énorme aujourd'hui entre l'homme et la femme, l'entend-on dire devant une vingtaine de personnes venues l'écouter. Les femmes sont devenues masculines, elles veulent gérer le monde. Vous les femmes vous ne comprenez pas que quand vous mettez un pantalon avec votre masculin, vous dégagez une énergie qui détruit. Vous vous détruisez vous et l'autre à côté. Et toutes les maladies : parkinson, sclérose en plaques, cancers... c'est dû à ce déséquilibre énergétique. » Pour lui, les femmes devraient donc porter des jupes et rester à leur place, c'est-à-dire au-dessous de l'homme. « Quand vous faites l'amour au-dessus, c'est que vous êtes masculine, poursuit-il. Vous avez un mouvement du bassin, c'est masculin. L'homme peut avoir peur et réagir de manière violente. C'est pourquoi une femme tous les trois jours meurt sous les coups de son conjoint. » Édifiant.


Mais il y aurait plus grave que ces discours puisque l'homme fait l'objet d'une enquête pour abus de faiblesse, agressions sexuelles et viols, toujours selon le reportage. Son interpellation est filmée. Elle a lieu dans une rue de Dinan, aisément reconnaissable à l'écran. Sur place, les policiers découvrent des compléments alimentaires censés « stimuler les cellules souches » et des machines « à champ magnétique pulsé », vendues plusieurs milliers d'euros comme « appareil de regénération » et « remède universel ».
 

Lors de sa garde-à-vue, en partie montrée elle aussi, l'homme, âgé de 70 ans, admet que les gens qui viennent le consulter ont « un mal-être », « qu'ils ont tout essayé et que rien n'a marché ». Il affirme « les accompagner pour qu'ils puissent se libérer », ce grâce à une capacité qui lui est propre, « un lien » inné en relation avec « la conscience universelle ». Surtout, il déclare neutraliser l'énergie masculine de ses clientes. « Mais j'ai toujours agi à distance », repète-t-il face aux enquêteurs. Ceux-ci font pourtant état de témoignages concordants à son encontre, tous venant de femmes qui dénoncent de sa part des actes sexuels présentés comme des actes thérapeuthiques. Il nie ces accusations. Contacté par courrier, l'intéressé n'a pas donné suite à notre demande d'interview.
« Il m'a aidée »
Selon les éléments que nous avons pu recueillir par ailleurs, ses conférences * avaient du succès à Dinan. Et, le bouche-à-oreille aidant, les affaires marchaient fort. Nous avons eu des contacts, directement ou indirectement, avec trois femmes de la région dinannaise qui ont consulté cet ancien enseignant et entrepris « un travail » avec lui. Si elles ont été contactées par les enquêteurs, aucune ne fait partie de celles qui ont porté plainte contre lui. L'une d'elles explique : « Il parlait du port de la jupe, c'est vrai, et assez crûment de la sexualité. Mais il n'y avait pas que ça et ses conférences tenaient la route. En terme d'accompagnement, c'était correct, même si ses séances étaient un peu chères (130€, NDR). S'il a eu du succès, c'est aussi parce qu'il a eu des réussites. Il m'a aidée, et il a aidé d'autres gens. Mais il n'a pas le charisme d'un gourou. »
Selon Envoyé Spécial, une douzaine de plaintes auraient été déposées contre le septuagénaire. L'affaire en est toujours au stade de l'instruction. Les investigations des policiers ne sont donc pas terminées.

Bernadette RAMEL
* Une thérapeuthe qui a assisté une conférence se souvient qu'il y dénigrait non seulement l'allopathie mais « toutes les techniques » de médecine alternative autres que la sienne. 

Source : Le Petit Bleu, 1er mai 2014

Note du CIPPAD : à voir également le reportage d'Envoyé Spécial diffusé le 20 mars 2014, "Du bien-être aux dérives sectaires".