vendredi 23 mai 2014

La voyante se serait attribué l'héritage d'un couple homosexuel

Une femme exerçant l’activité de médium est soupçonnée d’être l’auteur d’un faux testament
Une Soustonnaise exerçant la profession de médium « planétaire », a été placée hier soir en détention provisoire. Elle a été mise en examen pour faux et usage de faux, escroquerie, travail dissimulé par dissimulation d'actif, et usage de faux pour justifier de prestations sociales. Outre le fait d'avoir exercé son activité dans des conditions peu légales, -ce qu'elle reconnaîtrait-, elle est surtout soupçonnée d'avoir capté l'héritage d'un couple homosexuel, franco-américain et de s'être installée depuis leur décès dans leur demeure de Soustons, profitant de leurs biens. Et ce, après avoir déposé un testament qui en faisait la légataire universelle du couple, auprès d'un notaire du sud des Landes. Un faux dont elle nierait farouchement être à l'origine.
Testament holographe
L'affaire remonte à novembre 2009. Les gendarmes de Soustons reçoivent une lettre anonyme qui dénonce l'installation frauduleuse de la voyante dans une demeure qui ne lui appartiendrait pas. Une enquête est ouverte confiée à la brigade de recherches de Dax qui remonte jusqu'au décès du couple. Le dernier, de nationalité américaine, est décédé en juillet 2002. Il avait rédigé un testament holographe à destination de sa sœur et de son fils, colonel dans les Marines. Testament déposé chez un premier notaire et qui, semble t-il, est resté sans effet.
Dès 2003, la voyante qui connaissait le couple et avait en tout cas la clé de leur demeure s'y installe. Jusqu'à ce que la rumeur publique enfle. Est-ce pour y couper court ? En tout cas, celle qui occupe désormais les lieux va voir un autre notaire et lui présente un testament qui en fait la légataire universelle du couple. Document l'autorisant à percevoir loyers et bénéfice d'un commerce et à jouir de leurs biens. Ce qu'elle fera jusqu'à l'ouverture de cette information judiciaire et à l'enquête minutieuse des gendarmes.
Une expertise en comparaison d'auteur est requise pour examiner le deuxième testament. Celle-ci dit clairement que ce document n'est pas de la main de l'Américain. Placée en garde à vue mercredi, la voyante soupçonnée nie farouchement avoir fait un faux. Elle aurait simplement trouvé le document, et aurait été fort touchée de la confiance que lui témoignaient ainsi ses amis. Des explications qui n'ont visiblement pas convaincu.
Ch. L

Source : Sud Ouest, 23 mai 2014,
http://www.sudouest.fr/2014/05/23/l-heritage-de-la-voyante-la-conduit-en-maison-d-arret-1563463-3564.php