vendredi 30 mai 2014

Loire-Atlantique - Le faux vigile accusé de viols sur enfants

Provocateur et explosif, il a traversé une enfance sans tabous. Il est une nouvelle fois jugé pour des abus sexuels terribles sur de jeunes enfants. Cette fois, c'est la cour d'assises.
Avec son crâne rasé à blanc et son blouson noir, jusque dans le box de la cour d'assises de Loire-Atlantique, il cultive son image de dur. Comme pour impressionner plus encore, comme pour montrer qu'il contient une colère explosive, il fronce ostensiblement les sourcils et se mord parfois le poing. Il a 34 ans. Il est accusé d'avoir violé les deux jeunes enfants de sa compagne, âgés de 4 et 6 ans, en 2012, à Saint-Nazaire. Cette femme, souffrant d'un sérieux déficit intellectuel, il l'a rencontrée en sortant de prison. Il y avait purgé quatre années pour avoir abusé de quatre neveux et nièces. Dans ce dossier, beaucoup de curseurs sont ici poussés assez hauts sur l'échelle. L'horreur est une nouvelle fois convoquée aux assises.
L'accusé est « un gros mytho », croquent les rares personnes qui le connaissent. Il n'a pas d'amis. « Je n'ai pas le droit. Je pratique la magie noire, du coup, c'est interdit. » « Interdit ? », relance le président Dominique Pannetier. « Oui, interdit par la loi du Dix de der... » Il se prétend aussi médium depuis 1996, « quand je suis tombé dans le canal et que je suis resté 45 minutes sous l'eau... » Satanique, aussi : « Ça dépend de mon humeur. »
Il raconte partout qu'il est vigile. D'ailleurs, à Saint-Nazaire, il porte toujours un treillis, des rangers et un t-shirt « sécurité ». Il assure, jure-t-il, la surveillance de grandes surfaces sans qu'il soit possible de mettre la main sur ses contrats ou un supposé diplôme. Un voisin : « Un policier m'a rapporté qu'il se faisait jeter de devant les magasins par les patrons. »
« Bercé dans la violence »
Cet homme massif et explosif a une sexualité envahissante et incertaine. Garçons, filles, on lui prête des conquêtes. Mais surtout une attirance pour les jeunes. « Il est sorti de prison et il a recommencé. Il faut qu'il se fasse soigner !, crie sa soeur. Il a un gros problème. » Pendant l'enquête, un expert a souligné ses aspects « pervers » et une dimension « psychopathique ». Lors de son interpellation, provocateur, il a lancé aux pompiers qu'il était « assoiffé de sang » et qu'il voulait marquer l'histoire criminelle... « Je leur ai monté un bateau. Ils ont plongé, c'est tout. » En détention, il a menacé une surveillante qui ne lui distribuait pas ses cigarettes de lui « bouffer la joue ».
Cet homme inquiétant se trimballe une histoire épouvantable, où tous les tabous ont volé en éclats. Une grande fratrie, neuf frères et soeurs. L'un d'eux l'aurait violé, souvent. Violences et alcool à la maison. « Des coups de martinet à en faire péter le manche, raconte-t-il. À être trop bercé dans la violence, on devient violent, c'est tout à fait normal. » Le père qui « éclate les pots de fleurs sur le crâne de ma mère ». Une soeur, en larmes, confirme: « Une fois, mon père a lancé un couteau. Je l'ai reçu dans le pied. »
Ce mardi, les jurés de la cour d'assises devront avoir le coeur bien accroché. Ils vont examiner en détail les viols dont le vigile mythomane est accusé, sur une fillette de 4 ans et un garçonnet de 6 ans. La mère des enfants est jugée pour agression sexuelle, soupçonnée d'avoir participé à une invraisemblable scène incestueuse, imposée par son compagnon. Verdict mercredi.
Thomas HENG.

Source : Ouest-France & La Baule MaVille, 30 mai 2014,
http://www.labaule.maville.com/actu/actudet_-le-faux-vigile-accuse-de-viols-sur-enfants_fil-2559280_actu.Htm