samedi 24 mai 2014

Québec - Chasse aux faux médecins: la liste publiée

Le Collège des médecins fait la chasse aux charlatans et publie la liste de toutes les personnes accusées de pratique illégale de la médecine depuis 2005.
«On est obligé de faire de plus en plus d'enquêtes, on a de plus en plus de signalements», a indiqué le Dr Charles Bernard, président du Collège des médecins.
En raison de cette augmentation de plaintes, le Collège des médecins a publié sa liste noire. Sur son site internet, il est maintenant possible de voir le nom des accusés, la date du méfait, ainsi que l'amende imposée.
«Ça peut être préjudiciable quand les gens ont des maladies chroniques, des maladies graves, quand on parle de diabète ou, encore pire, de cancer, puis qu'on leur dit de cesser leur médication», a expliqué le Dr Bernard.
Au total, 46 personnes ont été accusées de pratiques illégales de la médecine depuis 2005.
Des pratiques parfois mortelles
Parmi elles, Mitra Javanmardi, une naturopathe incriminée pour la mort de Roger Matern, décédé quelques heures à peine après une injection de magnésium.
«Le Collège des médecins, depuis 1987, a établit une première culpabilité à l'endroit de cette dame-là. En 1990, en 2006, en 2008, ça recommence, puis actuellement, on dit qu'elle pratique encore, entre guillemets», a ajouté le médecin.
En plus de sensibiliser la population à ce phénomène qui gagne en popularité, le Collège des médecins réclame aussi des sanctions plus sévères.
«Actuellement, les amendes varient de 1500 $ à 10 000 $ ou 20 000 $, quand les offenses sont répétitives. Ces gens-là font tellement d'argent que, pour eux, ils paient des amendes puis ils reprennent quelques semaines plus tard sous une autre forme ou ailleurs, puis ils continuent.»
Double protection
«Je pense qu'ils font ça pour protéger la population, mais pour nous protéger aussi. Il faut faire attention. Il y en a de plus en plus, de gens qui pratiquent toutes sortes de médecines louches», a dit pour sa part l'ostéopathe Anne-Marie Leclerc, qui pratique également l'acupuncture.
Tant les professionnels de la médecine alternative que le Collège des médecins conseillent aux malades de s'assurer de la reconnaissance d'un organisme officiel, et surtout, se méfier des solutions miracles.
Source : Canoé, 23 mai 2014,
http://fr.canoe.ca/infos/quebeccanada/sante/archives/2014/05/20140523-211807.html