vendredi 20 juin 2014

Anthroposophie - Apprendre le code informatique à l’école primaire: une impasse

Un groupe de députés UMP à l’initiative de Laure de la Raudière vient de déposer une proposition de loi le 11 juin 2014 sur l’apprentissage du code informatique dès le primaire. L’exposé des motifs déclare notamment que "Les objectifs fondamentaux et prioritaires qui doivent être assignés aux écoles sont l’apprentissage de la langue française, la maîtrise de la lecture, de l’écriture, l’utilisation des mathématiques et l’apprentissage du codage informatique." Cette proposition fait suite au dernier rapport PISA qui mesure la performance scolaire des pays de l’OCDE et situe la France à la 26 ème place sur 65 pays en matière de culture scientifique.
Cette proposition montre bien l’incompréhension des politiques par rapport à la vague numérique qui les dépasse. Oui, le numérique associé à Internet va transfigurer tous les domaines de la société, l’école y compris. Les sociétés vont subir le numérique et leurs dirigeants font mine d’anticiper ces fortes transformations en introduisant l’apprentissage du code informatique. Mais de quoi s’agit-il ? Le codage, à savoir les langages informatiques (C++, Java, PHP, Python, Perl, etc.) qui permettent de créer des applications et des logiciels dans une multitude de domaines, est une expertise réservée à une minorité. Quel langage apprendre aux élèves, sachant que le développement informatique évolue très rapidement et que les besoins futurs ne sont pas connus ? Faut-il connaitre le codage pour se préparer aux défis majeurs que sont le respect de la vie privée, la sécurité informatique, l’utilisation quotidienne d’Internet, la pensée critique vis-à-vis de la technologie numérique ? En revanche, il ne serait pas inutile dans les sections scientifiques (SES, etc.) d’enseigner les bases du développement informatique, sachant cependant que la réactivité de l’éducation nationale est faible et risque de toutes manières de ne pouvoir suivre la rapidité de l’évolution des technologies.
L’émission de 14h42 sur ASI sur la France et ses développeurs montre bien que le développement informatique est une affaire de spécialistes motivés. Pour revenir au rôle de l’école face au code informatique, bien noter que les cadres de la Silicon Valley en Californie dépensent des fortunes (13.000€ à 18.000 €/an !) pour placer leur enfants dans une école Waldorf dépourvue d’ordinateur selon un article du New York Times (voir article de Libération  ci-dessous, NdC) 
En revanche, un socle approfondi de connaissances de base sur la manière d’utiliser Internet, les risques des réseaux sociaux, des savoirs de base en informatique, semble indispensables à tous. Le mythe de l’élève "Digital Native", né sous Internet, n’existe pas. En tant qu’intervenant en lycée sur la thématique de la fonctionnement de base d’Internet. Ils étaient à peine plus informés des risques des réseaux sociaux, encore faut-il préciser qu’un élève du lycée s’était suicidé l’année précédente suite à une affaire lourde, liée à l’utilisation d’un réseau social.
Nous sommes au début de l’ère numérique qu’il faudra tenter d’apprivoiser, pour le meilleur et pour le pire, mais ce n’est pas en apprenant dès le primaire le codage informatique qu’on y parviendra.
Serge Escale,
Source : Blog Mediapart  19 juin 2014,
http://blogs.mediapart.fr/blog/sergeescale/180614/apprendre-le-code-informatique-l-ecole-primaire-une-impasse

 

À lire également : La Waldorf School, issue de la méthode Steiner, bannit ordinateurs, iPad et télé jusqu'au lycée, au profit d'activités avec les professeurs.