lundi 9 juin 2014

« Le New Age abolit le rationnel et l'individuel »

Interview de Michel Lacroix

Le philosophe Michel Lacroix
 a notamment publié La spiritualité totalitaire : le New Age et les sectes (Pion, 1995) et Philosophie de la réalisation personnelle (Robert Laffont, 2013).
Pourquoi qualifiez-vous le New Age de spiritualité totalitaire?
C'est une philosophie de la totalité. Une philosophie holistique. Le holisme veut supprimer les séparations entre l'espace privé et l'espace public, entre le sujet et l'objet, entre le moi et le non-moi. Le New Age est une philosophie de la totalité close et réductrice et, qui plus est, fondée sur l'irrationnel.
Ma conviction au contraire est que le développement personnel ou la réalisation de soi doivent viser l'épanouissement de ce qui est  constitutif de notre nature: la raison et la capacité d'autonomie. Ce que Descartes appelle «je pense»: exercer notre volonté libre et notre raison, être en position cri- tique par rapport aux idées, aux opinions, aux croyances. Rien à voir avec l'idéologie du New Age, où l'homme est censé s'épanouir en s'immergeant dans le transpersonnel. Une dilution du «je» dans le tout ou dans le « nous » communautaire ou sectaire.
Le New Age regarde vers d'autres pouvoirs de connaissance que la raison, préférant l'intuition, la subjectivité, l'extase, la mystique, l'ésotérisme, les sciences occultes. Il cherche à développer des facultés parapsychologiques censées lui apporter des connaissances plus vraies que la science. C'est une trahi- son du projet anthropologique de toute notre civilisation.
Pourquoi l'idéologie New Age diffère-t-elle des grandes religions?
Dans les grandes religions établies, en tout cas pour ce qui concerne le monde judéo- chrétien, il y a des contre-pouvoirs à l'intérieur même de l'institution qui freinent les dérapages. Ainsi, les religions établies sont immunisées contre ce danger holistique. Dans le New Age, il n'y a pas de tel contre-pouvoir: on a affaire à une doctrine «non falsifiable».
De plus, le christianisme et le judaïsme ne sont pas des religions holistiques. Elles n'abolissent pas le sujet. Je dirais même que l'essence du judéo-christianisme est d'avoir mis l'accent sur l'individualité libre et raisonnable. Le New Age, lui, abolit à la fois la rationalité et l'individualité.
Le New Age est-il encore un danger aujourd'hui?
Il est vrai qu'il n'est plus aussi ostensible qu'il y a une vingtaine d'années. Mais le holisme, sous sa forme politique, représente toujours un danger pour le sujet. Ce qui m'inquiète aujourd'hui, c'est le regain de l'esprit particulariste et tribal. On n'est plus tout à fait dans le phénomène sectaire, mais dans des communautarismes ethno-culturels, dans des formes exacerbées de repli identitaire qui sont autant d'avatars du holisme totalitaire.
Matthieu Stricot
Source : Le Monde des Religions, extrait du hors-série "Les sectes et les nouveaux mouvements religieux", 5 juin 2014.