dimanche 29 juin 2014

MANIPULATIONS - PROFESSIONS PIGEONS !

Si l'on en croit notre expert es escroqueries, certains profils socioculturels sont plus exposés que d'autres.

Appelons-le Benjamin. Le terme « escroc » est un peu fort en ce qui le concerne, mais il a quand même vendu pendant trois ans des pseudo-placements miracles, sous forme d'appartements en résidence de services aux prix surévalués de 50 % à 80 %, à grand renfort de simulations de rendement bidon. « Les trois années les plus rémunératrices de ma vie »...


« Parmi les cibles faciles, il y a les médecins et les chirurgiens. Ils croient tout savoir, ils finissent les phrases à votre place. Ils n'imaginent même pas qu'un sous-diplômé puisse les berner. En revanche, attention aux infirmières. Clientèle difficile, beaucoup de flair ; même nulles en placement, elles sentent les mensonges. Les enseignants sont assez casse-pieds, pinailleurs, mais une fois ferrés, ils foncent. Les gendarmes, c'est un peu pareil. Très méfiants au début, mais si vous êtes recommandé par un autre gendarme, ça va tout seul. On dit que les personnes âgées sont plus vulnérables, je ne confirme pas. Mon client le plus naïf était un développeur de jeu vidéo, la trentaine, plein aux as, totalement déconnecté
des réalités. Il m'a pris trois appartements. »

Et le pire ? « Les avocats, qui sont formés à détecter les pièges, et puis les agriculteurs. Je ne crois pas que ce soit du bon sens paysan, c'est plutôt de l'expérience. Ils ont déjà négocié des terrains et du matériel hors de prix, ils savent évaluer un seuil de rentabilité et une durée d'amortissement. Coriaces. »

Source : Marianne, 20 juin 2014