mardi 8 juillet 2014

La novlangue bretonne pour « gens du voyage » ?

Depuis plusieurs jours, on voit fleurir des articles ici et là qui parlent d’installation de « missions évangéliques » dans plusieurs communes de Bretagne. Ce mot, tout comme le mot « migrant » qui désigne désormais un immigré clandestin, semble remplacer petit à petit le terme de « gens du voyage », qui lui même avait été substitué à « gitans » ou « tziganes ». Des termes dont leurs titulaires ne sont pourtant pas peu fiers.
Ainsi, 230 caravanes viennent de s’installer à Pleurtuit, près de Dinard, après avoir séjourné à côté de Guingamp. Fin juin, elles étaient à St Martin des Champs (29) du côté de Morlaix. Ce dimanche, une trentaine de caravanes sont également arrivées à Carhaix et se sont installées sans autorisation de la mairie.
Si effectivement il s’agit bien de « missions évangéliques », c’est à dire de rassemblements d’ampleur de « gens du voyage », comme tous les étés en Bretagne, l’utilisation de ce terme tend à se développer pour masquer au grand public la nature des populations qui investissent les communes concernées.
Au sein des municipalités et du voisinage, on redoute pourtant les coups de force de ces communautés françaises nomades qui n’hésitent pas à bafouer le droit lorsqu’ici, comme à Carhaix, des airs qui leurs sont réservées sont en travaux, voire à s’installer sur des lieux privés, comme sur l’hippodrome de St Agathon en juin dernier.
Au sein des populations locales, les « gens du voyage » sont souvent vus d’un très mauvais oeil, accusés, à tort ou à raison, de ne pas chercher à s’intégrer à la commune, mais également d’être pour une partie d’entre eux à l’origine de diverses infractions lors de leur venue dans les communes concernées.
Mission Evangélique ou pas, pour l’opinion publique, cela reste des « gens du voyage », communément appelés « manouches », ‘tziganes », « gitans ». « Et surtout ne dites pas que nous sommes des Roms ! Nous, nous sommes Français et fiers de l’être ! « nous confiera l’un d’entre eux, croisé à Pleurtuit. N’en déplaise aux amateurs de novlangue, du nom de cette nouvelle langue destinée à imposer une dictature de la pensée unique, une Novlangue annoncée par Georges Orwell dans son ouvrage référence « 1984′′.
Source : Breizh Info, 8 juillet 2014,
http://www.breizh-info.com/14237/actualite-politique/mission-evangelique-novlangue-bretonne-gens-du-voyage/