dimanche 27 juillet 2014

Orléans - La Kinésiologie : pratique controversée

Dans les années 1960, un chiropracteur américain crée une thérapie inspirée de la médecine chinoise, pour gérer le stress notamment : la kinésiologie.
Apparue en France dans les années 1980, elle est aujourd'hui dispensée par une petite dizaine de personnes à Orléans. Une discipline non médicale, « qui nécessite 500 heures de formation, selon Catherine B., qui l'exerce depuis 8 ans en ville. C'est un travail sur soi qui passe par le corps, et permet de débloquer des choses dans l'inconscient, d'être plus fort face au stress. » Comment ? « On interroge le muscle, ça peut être par le massage d'un point, ou l'application d'une huile essentielle » détaille-t-elle.
« Au pire, ça ne fait rien »
Mais la kinésiologie et ses partisans font l'objet de critiques depuis plusieurs années, accusés de prôner une rupture radicale avec certaines habitudes de vie, délaissées pour d'autres plus « authentiques » comme la médecine douce ou les thérapies non médicamenteuses.
Au point d'être surveillés par la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes). « La radicalisation de certains adeptes a conduit à des dérives à caractère sectaire », disait-elle en 2010.
Et d'avancer le souvenir de ce fait divers où deux parents, adeptes de la kinésiologie et d'autres pratiques, avaient adopté un régime végétalien, causant des carences chez leur nourrisson, qui est décédé. « La kinésiologie n'interdit pas du tout de manger de la viande, proteste Catherine B. . Comme dans toute discipline, il y a des moutons noirs. L'inconnu fait peur. Au pire, ça ne fait rien, au mieux, ça fait du bien. »
Aucun signalement de dérive sectaire n'a été réalisé à Orléans, mais le Centre contre les manipulations mentales Centre Val-de-Loire reste vigilant. « Ça n'a rien d'avéré scientifiquement et l'ordre des kinésithérapeutes condamne cette pratique », précise-t-on à Bourges.
Source : La République, Loiret, 23 juillet 2014