jeudi 14 août 2014

Église gallicane de Gazinet - la sorcière était aussi sainte

À Gazinet, Maman Mathieu, guérisseuse et visionnaire pendant quarante ans, a implanté un culte catholique-gallican qui s'exerce toujours.
Sainte ou sorcière ? Allez voir. Pour l’association gallicane, Alphonsine Renolleau est désormais Bienheureuse et décline en icônes son visage grassouillet, sa silhouette perdue dans une robe de curé et ses mains égrapillant un chapelet. Frère Raphaël lui a consacré une biographie et travaille à la réédition des « Prières de Gazinet ».

« Fonfon » Renolleau a quitté son île d'Oléron pour devenir lavandière patentée pour la Grande Armée où elle rencontre son homme, Eugène Mathieu. Elle rentre avec lui à Bègles. Grande gueule, dévote et fort bagout, Fonfon envoie les jeunes filles pérégriner à ses frais. Elle fait pareil. Jusqu'à « la » révélation du culte gallican. Tourne à la bigoterie, achète une terre à Cestas Gazinet pour ériger une chapelle. En 1916, son association reçoit de la préfecture le droit d'exercice pour un culte catholique-gallican. Elle a fait venir un Monseigneur de l'église de La Mine, Louis Giraud. Accueille les affligés de Gironde. Comme elle ne fait payer que les riches, les pauvres affluent. Comme les pauvres guérissent, les riches affluent. Sa fortune est faite qu'elle distribue généreusement aux autres églises du coin, aux écoles maI dotées, aux haillonneux qu'elle habille et aux affamés qu'elle nourrit.
Une navette spéciale
La bonne Maman Mathieu est si connue qu'on la vient voir de Bordeaux. Même les princes en villégiature sur le Bassin viennent consulter. De la gare de Gazinet, première station des landes girondines sur la ligne Bordeaux-Arcachon à la maison de Fonfon, chemin des Sources, une diligence fait la navette plusieurs fois par jour. On vient guérir, voir l’avenir, soulager ses doutes ou ses peines. La dame est plutôt rugueuse, son aumônier « crasseux et aviné » si l’on en croit Gabriele d'Annunzio, venu consulter anonymement. Et si l’on doute de ses dons, on croit au moins aux vertus de ses herbes comme les personnages de Mauriac dans « Les Chemins de la mer ».
Accusée d'exercice illégal de la médecine et acquittée, elle se fait compère avec un médecin qui signe ses ordonnances et un pharmacien pour élaborer ses potions. Son église vit bien : mariages, baptêmes, enterrements. Le deuil est violent à sa mort, en 1923. Elle a 87 ans et fait le bien depuis quarante. Le culte gallican, lui, survit toujours, rue de la Réole à Bordeaux avec quatre messes hebdomadaires, un journal semestriel et un institut. La chapelle de Fonfon a été vendue, abandonnée, puis reprise en main et restaurée. On y entend quelques concerts.

IS. DE MONTVERT-CHAUSSY 
Source : Sud Ouest, 5 août 2014,
http://www.sudouest.fr/2014/08/05/la-sorciere-etait-aussi-sainte-1633252-2760.php

Note du CIPPAD : Eglise Gallicane - Fiche extraite du "Dictionnaire des groupes religieux aujourd'hui" du P. Jean VERNETTE et Claire MONCELON.


Monseigneur Schaffner prêtre exorciste Gallican - https://www.youtube.com/watch?v=4g_ubok5p5k

Sur le même sujet :