dimanche 24 août 2014

Ile de la Réunion - 666... un chiffre qui fascine

Que celui qui a de l’intelligence calcule le nombre de la bête. Car c’est un nombre d’homme, et son nombre est six cent soixante-six". Le texte est tiré de l’Apocalypse de Saint-Jean, chapitre 13, verset 18. Et c’est précisément de la Bible que vient l’association de ce chiffre avec le diable. "Chiffre de la bête" ou "Nombre du diable", 666 est la "somme des valeurs numériques liées aux lettres de l’alphabet hébraïque qui, selon la tradition de la Kabbale, contiennent une puissance créatrice" selon Sciences et Avenir.
Une des hypothèses également avancées sur ce chiffre - qui correspond à l'emplacement précis de la sépulture profanée dans la nuit de mardi à mercredi - provient des sens particuliers donnés aux chiffres dans la Bible. En effet, le 7 y est considéré comme le chiffre de la perfection et donc de l’accomplissement total correspondant d’ailleurs à la durée nécessaire à la création. Mais le 6, lui, est a contrario le chiffre de l’imperfection car il correspond à la soustraction de 7 (perfection) - 1 (symbolise le Dieu unique). Résultat, 6 est le chiffre symbolisant le refus de Dieu. Répété trois fois, il forme ainsi un superlatif et correspond à ce qui est totalement inachevé et qui relèverait donc du mal.
D’autres explications, dont quelques exemples ont été ici évoqués, ont également renvoyé le chiffre 666 à César et Néron, des empereurs qui sont bien connus dans l’histoire romaine pour avoir persécuté les chrétiens. En somme, il s'agit d'une autre façon de dire que la bête représente ceux qui sont les adversaires de Dieu.
L.R.

Source : Clicanoo, La Réunion, 21 août 2014,
http://www.clicanoo.re/434684-666-un-chiffre-qui-fascine.html

Note du CIPPAD : 666 était aussi le chiffre fétiche d’Alistair Crowley et de ses adeptes. Membre de la Golden Dawn et adepte de la gnose, de rituels de magie sexuelle, voire de pratiques sataniques, il créa ensuite l’Astrum Argentum, dont l'une des branches persiste aujourd’hui sous le nom d’Ordo Templi Orientis (OTO).