mercredi 20 août 2014

Soigner les gens qui souffrent

À B*. , Philippe est artiste peintre mais également magnétiseur. Dans le centre bourg de B. , se trouve la galerie de peintures de Philippe. Sur sa porte, une pancarte a été installée. Le mot « magnétiseur » y est inscrit. « Cette pancarte, je l'ai installée en 2009 », précise Philippe, 56 ans.
Cet habitant de B . depuis 1983 a toujours été fasciné par les énergies. « Quand j'étais petit, je lisais des Mickey et Picsou comme tous mes amis mais je m'intéressais déjà à l'astronomie. À l'époque, j'avais un télescope. Je m'intéressais beaucoup aux énergies. Mes parents allaient voir des magnétiseurs, donc je m'y intéressais. Je rêvais de soigner les gens qui souffrent ».
Philippe sentait qu'il avait ce don. Il l'a ainsi utilisé pour soulager les membres de sa famille. « Ma femme a effectué une césarienne quand elle a accouché. Je l'ai aidée à cicatriser. Puis à 20 ans, ma fille a eu un gros problème à la gorge. Les médecins ne savaient pas ce que c'était. Je sentais que je pouvais la magnétiser. Je l'ai fait et sa grosseur a disparu. Je l'ai soignée en plaçant mes mains en position palmaire, c'est-à-dire une main sur la tête et une sur le coup. Pour cicatriser et détruire tous les microbes, je l'ai magnétisée en position digitale, c'est-à-dire que l'énergie plonge au niveau des pointes des doigts. J'avais 40 ans et ça fait 16 ans que je magnétise réellement », explique-t-il.
Depuis, Philippe « soigne pratiquement tout ». « Je n'ai pas de spécialités. Il y a des choses que je ne peux pas soigner comme l'arthrose par exemple. Mais je soigne les dépressions et il y en a beaucoup en ce moment vue la conjoncture ». Marjorie a frappé à la porte de Philippe après une dépression. Aujourd'hui, elle ne le regrette pas. « Les séances m'ont permis de sortir de ma dépression amoureuse, confirme-t-elle. J'ai fait plusieurs séances et elles m'ont permis d'éliminer toutes les énergies négatives et mes angoisses. Je suis ressortie plus positive après ces séances qui m'ont permis de guérir ». « On ne peut pas tout enlever d'un coup, précise Philippe. Mais déjà avec une séance, ça permet de mieux se sentir ».
Il précise qu'il soigne aussi l'eczéma, les sciatiques, les entorses, les brûlures, les zonas ou les problèmes de peau. « Une personne qui a eu un cancer m'a sollicité et nous avons fait des séances avant et après les chimiothérapies pour calmer les douleurs. Ça lui a aussi donné l'énergie nécessaire pour lutter. Du coup, elle n'a pas arrêté de travailler », remarque-t-il.
Il reconnaît par ailleurs que le magnétisme peut aussi fonctionner, même pour les personnes moins sensibles aux transmissions d'énergies. « Un jour, une personne n'y croyait pas. Je l'ai magnétisée et elle ne ressentait rien, raconte-t-il. Le lendemain, elle m'a rappelé pour me dire que les douleurs s'étaient estompées ». Pour lui, « tout le monde a du magnétisme, mais il faut avoir le don de le propulser. Tout est dirigé par notre pensée. » Alors comment le magnétisme guérit-il ? « Je travaille avec des forces qui font partie de notre univers. Sinon, d'où vient mon pouvoir ? Je suis ce que je suis et je suis ce qui est », glisse-t-il avec le sourire.
Philippe, qui accueille une clientèle locale mais également parisienne, assure « n'avoir jamais imposé aucun prix ». « Les gens donnent ce qu'ils veulent, enchaîne-t-il. Même si une personne n'a pas d'argent, je la magnétise gratuitement. Mon bonheur est quand des gens, qui ont souffert et que j'ai magnétisés, me disent : « qu'est-ce que je suis content, vos séances m'ont calmé. »
Philippe expose depuis 1993
« Mon métier, c'est artiste peintre. Quand j'étais à l'école, on me faisait refaire les dessins. Comme les instituteurs les trouvaient bien faits, ils pensaient qu'ils avaient été faits par mes parents. Magnétiseur, ce n'est pas un métier, c'est une vocation. Personne ne me l'a appris », souligne-t-il.
Cet ancien habitant de Bonnebosq expose depuis 21 ans. « Je suis l'un des seuls artistes qui peint des plages de nuit. Je peins aussi la nature, des portraits. Je fais du figuratif. J'ai aussi peint des églises, des chiens, des chats ».
Philippe, qui vend aussi des pastels, aime aussi la peinture car « c'est une très bonne médecine car elle calme ».
Clément Lemaître
* le nom du village  a été tronqué
Source : L’Éveil de Lisieux, 13 août 2013