mardi 30 septembre 2014

Angers - Les Squames divisent encore

La Ville prenant en charge les trais de transports ou techniques des compagnies qui ont participé au Festival des Accroche-cœurs, le cas de la désormais célèbre Kumulus, qui a créé la polémique cette année avec son spectacle « Les Squames », annulé puis finalement déplacé au Quai à la suite de l'interpellation musclée d'Angevins mécontents, est revenue sur le tapis.
Dans la minorité, Laure Reveau est montée au créneau. « Le rôle du politique, ce n'est pas de se mêler des contenus artistiques mais de prévenir », a-t-elle lancé estimant « qu'Angers ce n'est pas cela, une ville où règne la censure » et promettant que le groupe Aimer Angers serait « très attentif » pour que la création et la diffusion artistique ne soient soumises « ni à des pressions idéologiques ou religieuses, ni au jugement des élus ».
 Une attaque que le maire a jugée
 « scandaleuse », rappelant que la question de la sécurité s'était avant toute chose posée. « Ce n'est pas nous qui avons interrompu la fin du spectacle mais les comédiens qui ne se sentaient plus en sécurité ». Alain Fouquet, plus tempéré, a souligné avec humour
' un paradoxe assez étonnant», puisqu'il était « la seule autorité de censure qui avait tout fait pour que le spectacle soit donné ». Et le maire de conclure, « sur cette affaire, on a tous intérêt à ne pas jeter l'huile sur le feu ».
Source : Courrier de l’Ouest, 30 septembre 2014
Sur le même sujet :