lundi 15 septembre 2014

CLESI / Université PESSOA - Le centre biterrois d'enseignement privé en dentaire et kiné est au centre d'une polémique nationale

Lundi 22 septembre, 9 h, l'antenne biterroise du Clesi, centre de formation privé en dentaire et kinésithérapie effectuera sa rentrée pour la deuxième année sur les quais Port-neuf. Une saison 2 que la direction de l'établissement souhaite moins mouvementée que la première édition. Le Clesi est, effectivement, au centre d'une polémique nationale autour de l'enseignement privé des métiers de la santé. Sous convention avec une université portugaise, le centre délivre un diplôme européen permettant aux étudiants d'exercer dans toute l'UE... après avoir réglé les 9 500 € annuels de frais d'inscription.
Un contournement de l'emblématique numerus clausus français, vu comme scandaleux par les défenseurs de l'enseignement public ou plus exactement par la Confédération nationale des syndicats dentaires, ennemi N°1 du Clesi. La CNSD n'accepte pas la concurrence livrée par le centre à l'enseignement universitaire classique. Et a obtenu un arrêté de la part du ministère de l’Éducation nationale contraignant fortement les conditions d'enseignement des centres privés. Il n'en fallait pas moins pour faire naître la rumeur d'une fermeture possible et surtout créer un climat d'insécurité pour les étudiants actuels, voire de méfiance pour les futurs. "Pas du tout, répond Bruno Ravaz, président du Clesi. A Beziers, nous aurons 120 étudiants cette année contre 80 l'an passé. C'est la preuve que malgré cette campagne qu'on nous livre, les étudiants continuent à nous faire confiance. On saura précisément combien d'élèves nous aurons, lundi, mais nous devrions être dans ces eaux-là.''

Source : Midi Libre, 15 septembre 2014

À lire également: