mardi 30 septembre 2014

Monflanquin : Le nouveau combat des De Védrines

Deux des onze membres des reclus étaient ce lundi après-midi devant la chambre commerciale de la cour d'appel d'Agen
Christine et Charles-Henry de Védrines, deux des onze membres d'une famille, que la chronique journalistique a consacrée comme les reclus de Monflanquin, et qui pendant près d'une décennie ont été sous l'emprise psychologique d'un gourou, étaient cet après-midi devant la chambre commerciale de la cour d'appel d'Agen.
Par la voix de leur avocat Me Picotin, ils contestent un jugement du tribunal de commerce d'Agen qui avait condamné les consorts de Védrines à payer 40 800 euros de dommages et intérêts à un agent immobilier monflanquinois au motif qu'ils avaient vendu le château familial par un autre biais que le sien alors que les deux parties étaient liées par un contrat de mandat exclusif.
L'avocat a plaidé la nullité du mandat arguant que les deux époux étaient manipulés et donc "dénués de toute raison" au moment de la signature de l'acte. Me Bruneau, avocat de l'agent immobilier, a dénoncé "l'insécurité juridique" si une telle décision était prise, jugeant que seule la responsabilité du gourou Thierry Tilly (il a été condamné à 10 ans de réclusion en appel en 2013) pouvait être engagée.
Délibéré en novembre
L'enjeu est pourtant bien là. Dans l'affaire, Christine et Charles-Henry de Védrines ont perdu plus de 3 millions d'euros dont le château de Martel, berceau de la famille depuis plus de 4 siècles.
Ils reviendront prochainement devant le TGI d'Agen pour contester au même motif sa vente. La chambre commerciale de la cour d'appel rendra son délibéré le 17 novembre.
Source : Sud Ouest, 29 septembre 2014,
http://www.sudouest.fr/2014/09/29/reclus-de-monflanquin-le-nouveau-combat-des-de-vedrines-1687129-3603.php