dimanche 19 octobre 2014

Verdun - « LE DYNAMISME DE SECTICIDE »

À L’OCCASION du passage hier soir à la salle des fêtes de Belleville-sur-Meuse de Serge Blisko, président de la « Milviludes » (Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires), a été installé, en préfecture de Bar-le-Duc, le sous-groupe « Prévention des dérives sectaires » ; lequel est rattaché au Conseil départemental de prévention de la délinquance.

Présidé par Isabelle Dilhac et co-présidé par Rémi Coutin, procureur de Bar-le-Duc, ce sous-groupe a pour objectif de faire interagir les différents services de l’État avec l’autorité judiciaire et des associations en possession d’un savoir sur le phénomène des dérives sectaires, comme « Secticide » à Verdun.

Son but premier étant de rester vigilant sur les dérives sectaires car si, sur la question, la Meuse n’est pas en première ligne, « ce n’est pas pour cela qu’il faut l’ignorer. Un jour, cela peut arriver, notamment à l’heure des réseaux sociaux où l’information passe plus vite et parfois plus insidieusement », a expliqué Juliette Coutolleau, chef du bureau du cabinet de la préfète.

Serge Blisko a, quant à lui, rappelé hier soir à Belleville-sur-Meuse que « Secticide est l’une des associations régionales les plus dynamiques dans la lutte contre les dérives sectaires ». L’association verdunoise créée par Lucienne et Michèle de Bouvier de Cachard a fêté hier son 20e anniversaire.

Enseignement non dualiste

« La Miviludes est basée à Paris », rappelle Serge Blisko. « Elle a pour mission de détecter les dérives sectaires, de les prévenir mais aussi d’informer. Or, si elle n’a pas de contacts avec des correspondants associatifs dans un maximum de départements et ne peut s’appuyer des cellules de prévention des dérives sectaires, elle se retrouve alors trop éloignée du terrain. Secticide fait preuve d’une grande vigilance dans l’Est de la France. »

Le président de la Miviludes a ainsi animé dans la soirée une conférence consacrée aux missions et aux objectifs de l’organisme qu’il dirige.

Outre Serge Blisko, « Secticide » a aussi invité Valérie Blanchard, avocate au barreau de Paris qui combat l’enseignement non dualiste. Lequel s’appuie sur la méditation de pleine conscience, qui a elle-même pour origine le bouddhisme tibétain : « Cet enseignement envahit les entreprises et le monde de l’éducation et nous manipule sournoisement », avance-t-elle. 

Pascal ISCH et Mathieu BONIS

Source : L’Est Républicain, 18 octobre 2014