dimanche 2 novembre 2014

Biodynamie - Dijon : rassemblement pour le viticulteur anti-insecticide

Emmanuel Giboulot, le viticulteur côte-d’orien condamné, en avril 2013, par le tribunal correctionnel de Dijon à 1 000 € d’amende, dont 500 avec sursis, pour avoir refusé de respecter un arrêté préfectoral organisant la lutte contre la flavescence dorée, parce qu’il ne voulait pas traiter ses vignes avec un insecticide (voir nos éditions du 8 avril 2013), avait décidé de faire appel du jugement.
 Le viticulteur, qui exploite une dizaine d’hectares en Côte-de-Beaune et Hautes-Côtes de Nuits, et travaille en biodynamie depuis les années 70, considère que la connaissance qu’il a de ses vignes, associée à son expertise et à sa connaissance de l’environnement, l’autorise à conclure à l’absence de maladie, et donc à refuser tout traitement superflu, sans aucun risque.
Son comité de soutien, qui s’était formé au début de ses ennuis judiciaires, appelle à un rassemblement, le 5 novembre, à 14 heures, devant la cour d’appel de Dijon, au moment où son affaire sera une nouvelle fois examinée par la justice.
Source : Bien Public, 28 octobre 2014,
http://www.bienpublic.com/edition-dijon-ville/2014/10/28/rassemblement-pour-le-viticulteur-anti-insecticide

Note du CIPPAD : la Biodynamie ne repose sur aucun fait établi, mais sur les croyances ésotériques de l’anthroposophe Rudolph Steiner. A consulter également: Quand Rudolf Steiner expliquait des phénomènes qui n’existent pas.

Parallèlement à la procédure, M. Giboulot a bénéficié d’un important soutien pétitionnaire organisé par l’Institut pour la Protection de la Santé Naturelle (IPSN), un curieux lobby actif dans la promotion des médecines parallèles et sponsorisé par la société Santé Nature Innovation Editions SA de M. Vincent Laarman.

La justice doit-elle pour autant plier face aux pressions de groupes se développant sur des croyances ?