dimanche 2 novembre 2014

Démystification - Les Sceptiques du Québec doutent toujours

Depuis un quart de siècle, les Sceptiques du Québec me"ent à l’épreuve ceux qui sont dotés d’un don paranormal. À ce jour, aucun n’a réussi à les convaincre de l’existence de leurs aptitudes extraordinaires.
 
Le Défi Sceptique a attiré quelque 150 participants depuis sa création en 1989. Le prix en argent de 10 000$ – il a atteint 750 000 $ dans les années 1990 – en a sûrement convaincu plusieurs de tenter leur chance, de même que l’admissibilité au concours de la James Randi Educational Foundation, dont la bourse s’élève à 1M$.
Au fil des ans, des voyants, des guérisseurs, des astrologues, des numérologues, des télépathes, des ovniologues, des chasseurs de fantômes et des adeptes du jeu Ouija ont tenté de réussir le Défi Sceptique.
Une dizaine ont échoué le test, qui est déterminé par des membres des Sceptiques du Québec. Les autres se sont désistés à la dernière minute ou ont cessé de répondre aux appels des Sceptiques. Des propositions ont par ailleurs été rejetées d’emblée, étant jugées «confuses ou invérifiables».
Des personnalités publiques, telles que le médium Roger Mainville, qui aurait été à l’origine des mouvements d’une table dans l’émission Rencontres paranormales, n’ont jamais voulu laisser confirmer l’existence de leur don par les Sceptiques.
«À mon avis, les charlatans ne veulent pas faire le Défi Sceptique, a fait savoir le porte-parole de l’association, Dany Plouffe, qui est aussi physicien de formation. Ceux qui le font sont des gens qui sont très honnêtes et qui y croient.»
Les Sceptiques du Québec ne sont pas fermés à l’idée que des phénomènes paranormaux puissent exister, mais ils exigent des preuves scientifiques. «On fait la promotion de la pensée critique», a expliqué M. Plouffe. On remet en doute, on pose des questions et on n’accepte pas quelque chose comme vrai tant qu’on n’a pas de preuve convaincante.»
«D’un point de vue scientifique, ça serait fascinant de trouver un phénomène paranormal, a ajouté le porte-parole des Sceptiques du Québec. Si la télépathie existait, ça serait fascinant. Ça voudrait dire qu’il y a quelque chose qu’on n’a pas compris de notre cerveau.»
Les Sceptiques du Québec comptent près de 300 membres. Ils se rassemblent tous les 13 du mois pour des conférences portant sur des phénomènes paranormaux ou pseudo-scientifiques, mais aussi sur des enjeux de société. Ils ont aussi leur magazine, le Québec sceptique, publié trois fois par année.
Phénomènes démontés par les Sceptiques

Religion
La religion convient très peu aux Sceptiques du Québec. En fait, la plupart sont athées. S’ils respectent les personnes qui adhèrent aux grandes religions, ils reme"ent en question les affirmations voulant que la pratique de la religion ait un impact sur des faits bien établis, du genre la prière donne des résultats. «Si une personne dit qu’elle se sent bien quand elle prie, on n’a pas à la juger, a dit Dany Plouffe. C’est personnel. Lorsque ça concerne le monde objectif, c’est différent. Ça peut mener au créationnisme.» C’est que les Sceptiques demandent des preuves scientifiques et, selon eux, l’existence de Dieu n’a pas été démontrée. «On préfère rester sceptique et a"endre qu’une preuve se manifeste», a ajouté M. Plouffe.

Astrologie
«L’astrologie ne fonctionne pas du tout», a affirmé Dany Plouffe. Selon lui, plusieurs études ont été réalisées sur l’art d’examiner les astres pour prévoir l’avenir et aucune n’a pu démontrer hors de tout doute son bien-fondé. En 1948, un psychologue américain, Bertram Forer, a présenté à ses étudiants un texte provenant d’un recueil d’astrologie. Il leur a demandé s’il correspondait à leur personnalité selon une échelle de 1 à 5. La moyenne des résultats s’est élevée à 4,26. De ce"e expérience et de celles du même genre qui ont suivi est issu l’effet Barnum. Selon celui-ci, plusieurs personnes, ayant des personnalités différentes se reconnaîtront dans une description vague. L’effet Barnum s’applique à l’astrologie, mais aussi à la voyance. «C’est possible de faire une affirmation du genre il aime la bonne bouffe, mais qu’est-ce que ça veut dire au juste, s’est demandé M. Plouffe. Ou votre signe indique que vous êtes une personne passionnée et que vous aimez les bonnes choses de la vie. Est-ce que ça s’applique à vous?»

Ovni
Les objets volants non identifiés (OVNI), les Sceptiques y croient, mais ils ne pensent pas qu’un OVNI prouve l’existence des extraterrestres. D’après Dany Plouffe, plusieurs histoires traitant de voyageurs provenant d’une autre planète ont été inventées. Il donne l’exemple de lumières dans le ciel qui se déplacent rapidement. «Une personne m’a déjà dit que ça ne pouvait pas être un avion parce que les lumières clignoteraient. Mais qu’est qui est le plus probable: qu’un avion passe par là sans que ses lumières clignotent – quelle que soit la raison – ou que ce soit un extraterrestre? On en vient à croire que des choses qui sont possibles – que les lumières d’un avion ne clignotent pas – deviennent impossibles, mais qu’une visite des extraterrestres – dont on n’a aucune preuve – est en fait une réalité.»

Chirologie
Une femme, qui affirmait dans les années 1990 pouvoir lire les lignes de la main, a tenté de réussir le Défi Sceptique. Elle prétendait qu’elle pouvait prédire le nombre d’enfants qu’une personne engendrerait en examinant sa main. Ses prédictions s’avéraient justes dans 90% des cas, soutenait-elle. Les Sceptiques l’ont mis au défi en lui fournissant huit photocopies de main. «Elle n’a pas fait mieux que le hasard», a rapporté Dany Plouffe. La chirologue devait obtenir six bonnes prédictions sur huit et elle n’en a eu que deux. M. Plouffe croit malgré tout qu’elle était de bonne foi.
Par Marie-Eve Shaffer
Source : Journal Métro, 28 octobre 2014,
http://journalmetro.com/actualites/national/583477/les-sceptiques-du-quebec-doutent-toujours/