mardi 18 novembre 2014

Espagne - Un groupe de prêtres accusés de pédophilie

La plainte est arrivée directement au Vatican, et le pape a demandé l'ouverture d'une enquête. Les personnes visées se sont vues retirer leur exercice.
La justice a ouvert une enquête pour abus sexuels sur mineur visant notamment un groupe de prêtres suspendus de leurs fonctions par l'archevêché de Grenade, dans le sud de l'Espagne, a-t-on appris ce lundi 17 novembre de sources concordantes. 

Le pape François a pressé l'enquête

L'affaire a éclaté après une plainte, adressée directement au Saint-Siège, visant un groupe de prêtres, a confirmé l'archevêché. Selon le site ReligionDigital.com, c'est le pape François qui a «forcé l'ouverture d'une enquête pour des abus dans ce diocèse».

«Le tribunal numéro 4 de Grenade (Andalousie, sud) a ouvert une enquête sur 12 personnes mises en causes pour des abus sexuels. Nous ne savons pas si l'ensemble des personnes visées sont des prêtres», a par ailleurs affirmé à l'AFP une source judiciaire.

L'enquête a été ouverte début novembre, selon cette source.

Pour sa part, l'archevêché a annoncé avoir suspendu un groupe de prêtres en attendant les résultats de l'enquête, affirmant avoir suivi «scrupuleusement la procédure prévue» dans ce cas.

Exercice suspendu

«Dès qu'a été connue de façon irréfutable l'accusation présentée devant le Saint-Siège par un jeune de Grenade, affirmant avoir souffert d'abus sexuels de la part d'un groupe de prêtres du diocèse, l'archevêché a suivi scrupuleusement la procédure prévue pour ces cas», a affirmé l'archevêché dans un communiqué.

Dès l'ouverture d'une enquête préliminaire, «l'archevêché a appliqué les mesures de précaution pour les prêtres directement accusés des abus, leur retirant l'exercice du ministère sacerdotal», ajoute-t-il.
Il affirme avoir remis les conclusions d'une enquête interne au Saint-Siège. Il ajoute qu'«étant donné que le plaignant est aujourd'hui une personne majeure et qu'il était le seul à pouvoir déposer plainte, l’archevêché s'est mis à disposition de l'autorité judiciaire».

Tolérance zéro

Assurant que «l'immense majorité des prêtres vivent de façon exemplaire», il a affirmé que «l'Eglise entière souffre profondément qu'il puisse se produire des scandales de cette nature, dont la véracité devra être établie» par l'enquête judiciaire.

Depuis qu'il a pris la suite de son prédécesseur Benoît XVI, le pape François prône la tolérance zéro contre la pédophilie, un fléau qui pourrait avoir fait des dizaines de milliers de victimes et a fortement discrédité l'Eglise catholique.

La plupart des faits remontent aux années 1960 à 1980, et le scandale a été amplifié par la tolérance dont ont longtemps bénéficié certains prêtres criminels de la part d'une hiérarchie soucieuse de préserver d'abord la réputation de l'institution.

(afp/Newsnet)

Source : La Tribune de Genève avec AFP, 17 novembre 2014,
http://www.tdg.ch/monde/faits-divers/Un-groupe-de-pretres-accuses-de-pedophilie/story/17109543