jeudi 25 décembre 2014

Vatican- Commission anti-pédophilie : le pape nomme 8 membres, dont une ex-victime britannique

Mercredi 17 décembre, le pape François a nommé huit nouveaux membres venus des cinq continents dans la commission d'experts du Vatican pour la protection de l'enfance, dont un Britannique victime de prêtres pédophiles.
Avec ces nominations attendues depuis des mois, la commission reflète désormais « une ample représentation de situations et de cultures », s'est félicité le Vatican.
Sous la présidence du cardinal américain Sean O'Malley, cette commission dont la création avait été annoncée il y a un an compte désormais sept femmes et neuf hommes, aussi bien des religieux que des laïcs.
Le Britannique Peter Saunders, originaire de Wimbledon près de Londres et victime d'actes pédophiles de la part d'un proche et de deux prêtres, rejoint l'Irlandaise Marie Collins, nommée en mars, pour représenter les anciennes victimes dans ce groupe de travail formé en grande partie de psychologues. Après avoir cherché en vain du soutien, Peter Saunders avait fondé en Grande-Bretagne une association pour défendre les victimes de sévices sexuels par des adultes - religieux et non religieux.
La nomination de représentants de l'Asie et de l'Afrique, où ces actes sont souvent tabous, était très attendue. Deux religieuses zambienne et sud-africaine, Karyula Gertrude Lesa et Hermenegild Makoro, un psychothérapeute philippin, Gabriel Dy-Liacco, ainsi qu'un prêtre et psychothérapeute colombien, Luis Manuel Ali Herrera, font leur entrée dans la commission. Le Néo-zélandais Bill Kilgallon, l'Australienne Kathleen McCormack, l'Américaine Krysten Winter-Green sont les trois autres nouveaux membres.
La commission va désormais s'atteler à la rédaction de ses statuts. Elle s'occupera de la prévention et du suivi pénal des crimes, de l'éducation et de la mise en place de bonnes pratiques dans toute l'Eglise. En mars, François avait répliqué à un rapport très critique de l'ONU en défendant les efforts de l'Eglise contre la pédophilie, affirmant qu'elle était « peut-être l'unique institution publique à avoir réagi avec transparence et responsabilité ».
L'association américaine d'anciennes victimes de prêtres pédophiles, SNAP, avait aussitôt fustigé « une mentalité archaïque et défensive », reprochant à François de « n'avoir rien fait, littéralement rien ». L'image de l'Eglise a fortement pâti depuis une vingtaine d'années de la révélation selon laquelle des milliers d'enfants et d'adolescents avaient été victimes de sévices sexuels commis par des prêtres, tout particulièrement en Irlande et aux Etats-Unis et dans les années 1960 et 1990.
Source : Faits Religieux avec AFP, 18 décembre 2014,
http://www.fait-religieux.com/en-bref-1/2014/12/18/commission-anti-pedophilie-le-pape-nomme-8-membres-dont-une-ex-victime-britannique