samedi 3 janvier 2015

LAÏCITÉ - QU'ALLAH BENISSE LA FRANCE !

J’avoue tout ignorer d'Abd al Malik, et d'abord de ses poésies rappées, mais, l'ayant entendu promouvoir son film autobiographique, Qu'Allah bénisse la France, j'ai été sidéré. Pour la première fois — je dis bien la première fois —, j'entendais un fils d'immigrée, en l'occurrence congolaise, remercier la France, la République et l'école républicaine, laïque, gratuite et obligatoire. Avant de me faire engueuler par le chœur (« Espèce de facho, Natacha Polony de mes deux, sous-Florian Philippot, Chevènement zombiesque, etc. » !), je voudrais rappeler ce que dit Albert Camus, après son Nobel, à M. Louis Germain, son instituteur, juste après avoir remercié sa mère : « Sans vous, sans cette main affectueuse tendue au petit enfant pauvre que j'étais, sans votre enseignement, et votre exemple, rien de tout cela ne serait arrivé. » Merci Albert, merci Abd al Malik. Est plaisant dans le titre du film cet appel à Allah. Qu'Allah bénisse la France... Il paraît que les Juifs, le samedi matin, à la synagogue, commencent leur tintouin psalmodié par une prière pour la République française... « Regarde avec bienveillance depuis Ta demeure sainte notre pays, la République française, et bénis le peuple français. Amen. » Je me dis : si les uns envoient Allah bénir la République et les autres l'Éternel, ça devrait aller... Et les chrétiens? N'ayant fréquenté l'Église que dans mon enfance, je n'ai pas souvenir qu'on y priât pour la République... Mais il est vrai que la République a tellement botté le cul des curés qu'ils ont du mal à s'asseoir et à la remercier.
Du côté des Juifs, ça s'explique. L'affaire Dreyfus a coupé la France en deux pendant douze ans. Douze ans! De 1894 à 1906! Pendant douze ans, les Français se sont insultés, battus, mutuellement conchiés; le père Zola s'est fait traiter de « gorgonzola », « père la moquette », Zola l'immonde « père la débâcle », Bruant chantait : « Vous prenez le torche-cul pour la serviette et votre pot pour une assiette ! » ; tous les intellos ont participé à la bagarre, même ce trouillard de Marcel Proust. Mais Dreyfus a été réhabilité, réintégré dans l'armée, et finalement on lui a accordé de se battre sur le front, où il a été blessé. Et là les Juifs disent : Merci. Un pays qui fait ça, chapeau. Merci. Et ils se battent comme des chiens pour la République en 14. Si vous voulez des preuves, lisez dans La Comédie de Charleroi la sidération de Drieu et de son capitaine, devant le courage des soldats juifs.
Du côté des Arabes, il manque une Affaire Mohamed Ben Trucmuche. Une putain d'affaire Dreyfus arabe, coupant la France en deux pendant dix ans, après quoi, l'Arabe déchu puis réintégré aux côtés de François Hollande, la communauté arabe chanterait : Merci la République, comme l'ami Abd al Malik. Mais justement, il n'est pas besoin d'une affaire Dreyfus arabe, car il y a eu l'affaire Dreyfus, qui est autant faite pour les Arabes que pour les Juifs. Amis arabes, vous l'avez, votre affaire : c'est celle du capitaine Dreyfus. La République a prouvé qu'elle pouvait s'amender et reconnaître ses fautes. L'attaché militaire allemand à Paris disait à Clemenceau : « C'est bien les Français, ça! Nous, on l'aurait condamné, puis tué, et basta. » Oui, c'est bien les Français, les Français comme vous, les Français que vous êtes, vous les Juifs et les Arabes.
On me signale un ignoble crime (un viol) antisémite à Créteil. On me dit que les agressions antisémites ont doublé cette année, qu'elles atteindraient le nombre de 1000... Que les alya (les départs à connotation religieuse vers Israël) s'accélèrent. Cinq mille prévues cette année, 1 % de la population juive. C'est d'autant plus grave que les départs des États- Unis vers Israël sont en régression. On rien
est pas encore à la Nuit de cristal, mais ces agressions sont inquiétantes. On me dit aussi qu'elles sont cycliques : quand ça chauffe entre Israéliens et Palestiniens, les musulmans français s'excitent. La politique ignoble de Nétanyahou ne justifie pas le quart du dixième de la moindre agression antisémite en France. Aucune. Pas plus que regorgement et la décapitation d'Hervé Gourdel ne justifient le moindre acte antimusulman.
Abd al Malik ne rend pas seulement hommage à la France, mais aux profs. Ces pauvres profs qui font le métier le plus difficile du monde, qui sont méprisés, mal payés, mal formés, ballottés de-ci, de-là, et, malgré tout..., y arrivent. La preuve, Abd al Malik. Après la manif des crétins du Medef, des pauvres types gâtés jusqu'à l'os et qui n'ont même pas la politesse de remercier le gouvernement qui les gave, les remerciements d'Abd al Malik font chaud au cœur.
Et si Allah bénit la France, il bénit aussi les Juifs de France.
Par Bernard MARIS
Source : Charlie Hebdo, 10 décembre 2014