samedi 9 juin 2012

Agressions sexuelles : un magnétiseur mis en examen

A Nanteuil (Deux-Sèvres), un guérisseur de 47 ans aurait abusé sexuellement de certaines de ses patientes. Il exerçait illégalement.

L'une de ses anciennes patientes a tout déclenché en déposant plainte, au début du mois d'avril dernier, auprès des gendarmes de la communauté de brigades (Cob) de Saint-Maixent-l'Ecole. Cette femme d'une trentaine d'années se plaignait d'avoir été agressée sexuellement par son magnétiseur, un homme âgé de 47 ans, au cours d'une consultation au domicile de celui-ci.

Après une nouvelle plainte enregistrée il y a quelques jours, cet autoproclamé thérapeute en médecine douce, installé à Nanteuil depuis la fin 2009, a été interpellé à son domicile mercredi matin, puis placé en garde à vue. Prolongée, cette dernière a abouti à son déferrement, hier, au parquet de Niort. Le juge d'instruction a décidé de sa mise en examen pour agressions sexuelles par abus de fonction et pour exercice illégal de la médecine. Le guérisseur a finalement été remis en liberté le temps de l'enquête, mais placé sous contrôle judiciaire avec interdiction d'exercer et d'entrer en contact de quelque manière que ce soit avec les victimes ou les témoins.

Trois plaintes déposées

Les gendarmes de Saint-Maixent-l'Ecole, qui ont reçu le soutien de leurs collègues de la brigade de recherches de Niort, ont d'ores et déjà entendu une dizaine des patientes du supposé agresseur.

La moitié d'entre elles ont affirmé avoir été victimes de pratiques douteuses : alors qu'elles sollicitaient le mis en cause pour trouver une aide d'ordre psychique, les discussions déviaient rapidement sur leur vie intime. Le pseudo-thérapeute profitait de la situation en leur prodiguant ensuite des massages dits énergétiques, très particuliers en fait puisque se transformant, parfois, des attouchements sexuels. D'autres clientes questionnées par les enquêteurs, intriguées voire choquées par les questions très poussées du magnétiseur, n'étaient jamais revenues.A ce jour, trois plaintes ont été déposées. Elles pourraient ne pas être les dernières. En effet, le parquet de Niort invite toute personne ayant eu à subir le même genre de pratiques à se rapprocher de la communauté de brigades de Saint-Maixent-l'Ecole.

 Il disait avoir un don

Le quadragénaire, au casier judiciaire vierge, aurait reconnu que les actes pour lesquels il est poursuivi n'étaient à aucun moment en rapport avec les maux de ses patientes. Après avoir été agent d'entretien, boulanger et soudeur, cet homme marié s'est lancé dans une carrière de guérisseur, sans aucune formation digne de ce nom, persuadé qu'il avait un don…

Pour le délit d'agressions sexuelles aggravées par abus de fonction, il encourt jusqu'à sept années d'emprisonnement et 100.000 € d'amende. Concernant l'exercice illégal de la médecine, la peine maximale est de deux ans de prison, plus une amende d'un montant de 30.000 €

nr.niort@nrco.fr

Pour joindre la communauté de brigades de Saint-Maixent-l'Ecole, composer le 05.49.05.50.12.

Aurélien Douillard

Source: La Nouvelle République, Deux-Sèvres, 9 juin 2012
http://www.lanouvellerepublique.fr/Deux-Sevres/Actualite/24-Heures/n/Contenus/Articles/2012/06/09/Agressions-sexuelles-un-magnetiseur-mis-en-examen