vendredi 19 juillet 2013

Qui sont les guérisseurs du Pays de Vitré ?

Bien-être 
Guérisseurs, magnétiseurs... les médecines non conventionnelles ont leurs adeptes en Pays de Vitré
Les mains magiques de Bernard

Rebouteux, passeur de feu ou magnétiseur... ces médecines parallèles sont souvent sujettes à controverse. Elles ont néanmoins de nombreux adeptes dans le Pays de Vitré. Rencontre avec ces guérisseurs, dont Bernard, d'Availles-sur-Seiche.
Le zona, le feu, le psoriasis, le mal de dents ou les vers sont devenus les spécialités de Bernard, guérisseur depuis bientôt vingt ans.
Car ces dons, Bernard n'est pas né avec, il les a acquis au fil des années. « J'étais en vacances à Damgan, c'était en 1995, se souvient-il. J'ai rencontré une dame, assez âgée, qui passait le feu ». Auparavant, sa fille, alors âgée de 6 mois, s'était brûlée au 2e degré. « Elle a alors décidé de me donner ce pouvoir ». Un don qui peut, en effet, se transmettre, « tant que la personne y croit ».
« Je sens le fluide »
Depuis cette année-là, Bernard passe le feu : « Tout en disant mes phrases, je sens le fluide en passant le pouce au-dessus de la peau ».
Un phénomène difficile à expliquer pour quiconque ne croyant pas en la religion. Un aspect religieux perceptible aux signes de croix ou aux prières faites par Bernard pendant la guérison. « Je me sers également de sel béni pour les nourrissons ».
Mais Bernard sait également s'adapter et utilise, si nécessaire, d'autres méthodes, en utilisant uniquement une photo de la personne concernée. « Je l'ai fait pour quelqu'un qui venait de se faire opérer des dents. Cela lui a passé la douleur ».
« Parfois du mal à dormir »
Car cela fait maintenant six ans que Bernard ne passe plus seulement le feu. Plusieurs autres dons lui ont été transmis par sa belle tante. « Le principe reste le même, seuls les mots que je prononce changent » explique l'Availlais. Un don pas toujours évident à assumer : « Au début, c'était fatigant, se souvient-il. J'avais parfois du mal à dormir après avoir guéri quelqu'un ».
Au fur et à mesure des années, les gens faisant appel aux dons de Bernard se sont faits de plus en plus nombreux. « Cela se fait très rapidement, par le bouche à oreille. Les personnes qui viennent me voir ne sont pas surprises du résultat. Elles savent que cela va marcher ».
 
Et le résultat peut parfois s'avérer étonnant, tant la guérison est bonne. « J'ai guéri quelqu'un qui avait du psoriasis partout. Cette personne en était remplie ! Au bout de cinq fois chez moi, elle a ramené tous ses médicaments à la pharmacie car elle n'avait plus rien ».
Après bientôt vingt années passées à guérir, la question de la relève interroge Bernard. « Ma petite fille de 7 ans va peut-être récupérer ce don », espère-t-il.
   
Source : Le Journal de Vitré, 19 Juillet 2013