lundi 11 novembre 2013

Il faut toujours se renseigner sur la formation du thérapeute

Arrêter de fumer, combattre les troubles du sommeil, la sophrologie permet de se sentir mieux en travaillant sa respiration. Sylvie L. , sophrologue à Saint-Pierre d'Autils nous explique son métier qui attire de plus en plus d'adeptes.
La sophrologie c'est quoi ? Entre technique de développement personnel prônée par un quelconque marchand de bonheur qui vide votre compte en banque à chacune de ses séances ou véritable méthode de gestion du stress et des émotions pour mieux vivre tout en contrôlant sa respiration, on ne sait pas très bien définir toutes ces mouvances qui vous promettent d'atteindre le « bien-être ». Toujours est-il qu'on parle des bienfaits de la sophrologie depuis plus de quarante ans... à condition d'y croire. Pour mieux comprendre ce qu'est la sophrologie, nous avons rencontré Sylvie L. qui exerce son métier dans la petite commune de Saint-Pierre d'Autils.
Attention à la formation du thérapeute
D'entrée, la professionnelle affirme être diplômée de l'Institut de formation à la Sophrologie. « Il s'agit d'un diplôme reconnu par le ministère du travail » explique-t-elle (la sophrologie n'est pas reconnue par le code de la Santé publique, ndlr) ajoutant que « la formation dure une année et alterne entre cours théoriques et pratiques ».
Sylvie L. a découvert la sophrologie alors qu'elle exerçait dans le secteur de l'événementiel à Paris. « Je me suis mise à lire de plus en plus de bouquins sur la sophrologie et j'ai eu envie d'en faire mon métier ». Connaissant les dérives de ces pratiques jugées parfois « obscures », Sylvie L.  attire l'attention sur les praticiens : « En médecine alternative, il faut toujours se renseigner sur la formation du thérapeute et en plus il faut qu'il y ait un feeling entre le patient et le soignant. » Patient ou client ? «J'utilise le terme de patient lorsque je travaille avec des médecins ORL et des audioprothésistes» .

Acouphènes, troubles du sommeil et cohérence cardiaque
Si Sylvie L. croit aux bienfaits de ses pratiques, elle admet que «certaines personnes sont insensibles à la sophrologie». «Lorsqu'une personne ne se détend pas dès les premières séances, je laisse tomber. Je sais que cette technique ne sera pas pour elle» .
Sylvie L. est spécialisée dans les acouphènes, les troubles du sommeil et la cohérence cardiaque. « C'est une respiration avec une cohérence entre poumon et cœur. Cela permet de faire baisser l'hyperactivité artérielle. Il y a un mieux entre 10 et 20 jours à condition que les personnes fassent leurs exercices chez eux. On a de bons résultats avec le tabac. »
Sylvie L. travaille en étroite relation avec d'autres professionnels de santé comme les kinésithérapeutes. En revanche, « les médecins généralistes ont beaucoup de mal à diriger leurs patients vers un sophrologue» .
Source : Le Démocrate Vernonnais, 6 novembre 2013
Note du CIPPAD : L’identité de la praticienne a été masquée.