dimanche 8 décembre 2013

Charente - il escroque 41 amis pour 240.000€ !

"Un gourou", "un escroc", "un manipulateur". Michel *, 38 ans, condamné hier par le tribunal correctionnel d’Angoulême à six mois de prison ferme plus dix-huit avec sursis pour abus de confiance, est une sorte d’Attila: là où il passe, l’amitié trépasse. Ses amis angoumoisins, il les a plumés jusqu’à l’os: 41 victimes, 240 000 € escroqués en 2011 et 2012. Des amis plutôt remontés. "Il nous a poignardés dans le dos." "Ce type a changé nos vies. Maintenant, nos banques nous disent qu’on ne peut plus rien faire."

Les bancs des parties civiles du tribunal d’Angoulême étaient trop étroits pour accueillir les anciens copains devenus des ennemis jurés. Les victimes? Pas des idiots de la classe! Des hommes et des femmes. La trentaine. Plutôt le profil cadre sup: bon nombre d’entre eux travaillent à DCNS à Ruelle. Ils sont proches, sortent ensemble sur le Plateau. Tous sont tombés sous le charme de cet Angoumoisin attachant, sensible, gouailleur, flambeur. "Une amie commune nous l’a présenté lors d’une soirée dans un bar, résume l’un d’eux. Au début, Michel nous intriguait. Et au fil des sorties, il a su nous séduire."
Il offre un verre, puis une bouteille. Invite au resto. "Il semblait être plein aux as. Un soir, il a raconté qu’il revenait de Paris où il venait de recevoir la récompense de commercial de l’année pour Bouygues Télécom." Et tout le monde y croit. Après tout, son bagou est "incroyable". Le genre à refourguer une chambre froide à un Esquimau.
6 000 € d’avance pour une Audi à un prix imbattable
Alors personne ne s’étonne quand Michel propose à ses amis de partager ses bons plans. Il prétexte des relations privilégiées avec un commissaire-priseur et prétend pouvoir dégoter des voitures à des prix imbattables. Une Audi de 30 000 €? Il dit pouvoir l’obtenir pour 22 000 €, mais réclame 6 000 € d’avance pour pouvoir initier la vente. Tout le monde fonce tête baissée. Les chèques tombent. De grosses sommes: entre 1 000 et 16 500 €. On dénombre une quarantaine de victimes. Dont son ex-petite amie qui signe un chèque de 70 000 € pour lequel elle a ensuite la présence d’esprit de faire opposition.
Au total, il y en a pour 240 000 €. Un argent qui brûle les doigts d’un Michel qui mène grand train. Et l’escroc ne livre jamais la moindre voiture. Ses amis finissent par demander des comptes. Lui s’échappe, s’enfuit. La justice est saisie. Les gendarmes pincent l’escroc à Poitiers à l’occasion d’un rendez-vous avec son ex. En garde à vue, Michel reconnaît tout. Affirme que cela "soulage sa conscience". Ses amis floués doutent qu’il en ait une.
Comment ces jeunes gens à la tête bien faite ont-ils pu se laisser berner? Parce que Michel sait manier l’archer pour faire vibrer la corde sensible. "Quand je me barrais, je lui laissais les clés de l’appart, raconte l’un d’eux. Il a aidé une copine à emménager, a dégoté un frigo en un claquement de doigts." Ses amis que ce grand sensible de Michel n’oublie jamais de remercier. "Je me souviens d’un réveillon de Noël: il a fait un grand discours, a fondu en larmes en disant qu’on était la famille qu’il n’avait jamais eue."
Il sait prendre les gens par les sentiments
Michel, l’enfant de la Ddass, savait prendre les gens par les sentiments. Un incroyable talent qu’il a essaimé en France. Avant Angoulême, il avait aussi tissé sa toile à Rouen, à Nantes. Il (sé)vit désormais en Bretagne. Vendrait des téléphones à Saint-Brieuc.
Hier au tribunal, ses anciens amis réclamaient justice. La procureure, Marie Terrades, a requis deux ans d’emprisonnement avec sursis et mise à l’épreuve assortie de l’obligation de rembourser ses victimes. Le tribunal est allé au-delà, prononçant une peine de deux ans dont six mois ferme. Il a aussi condamné le prévenu à rembourser ses victimes.
par Julien PRIGENT
Source : La Charente Libre, 5 décembre 2013,
http://www.charentelibre.fr/2013/12/05/l-escroc-s-est-mis-240-000-eur-dans-la-poche-en-pigeonnant-ses-amis,1868822.php

* (pseudo)