jeudi 13 mars 2014

Chartres - La musulmane refuse de scolariser son fils

Une Mainvilloise de 25 ans a été condamnée pour avoir manqué à ses devoirs de mère. Par convictions religieuses, elle refusait de scolariser son fils.
Elle n’a même pas voulu se présenter devant le tribunal à son procès. « Lorsque je l’ai rencontrée, elle m’a demandé quelle était la composition du tribunal. Je pense que la présence d’un homme ne lui convenait pas pas », explique Me Pagnon, l’avocate de son fils de 12 ans.
La justice reproche à cette femme de 25 ans, d’avoir déscolarisé son fils. C’est lui qui, après avoir fugué, s’est réfugié dans sa famille, laquelle a alerté les services sociaux. « Je n’en peux plus. Je veux aller à l’école. Je veux pouvoir jouer avec mes amis » a-t-il expliqué, au bord des larmes. Les policiers ont rendu visite à la jeune maman. Petit à petit, elle s’est enfermée dans la pratique de sa religion. Elle reçoit les policiers intégralement voilée, et se justifie : « Je ne veux plus qu’il aille à l’école. À l’école on est mélangé avec des filles, et on apprend n’importe quoi ».
« Si je ne fais pas ma prière, elle me tape »
Dans la chambre de son fils, juste un lit et une petite armoire. Pas de jouets, pas de livres à part le Coran, pas de télévision. Il explique que sa mère l’oblige à se rendre cinq fois par jour à la mosquée : « Si je ne fais pas ma prière, elle me tape ».
Au tribunal, le procureur de la République s’indigne. « Cette attitude n’a rien à voir avec la religion. C’est une dérive sectaire. Ce qui se passe est grave ». La Mainvilloise est condamnée à six mois de prison avec sursis et mise à l’épreuve, avec l’obligation de scolariser de nouveau son fils.
Jacques Joannopoulos
Source : L’Echo Républicain, 12 mars 2014,
http://www.lechorepublicain.fr/eure-et-loir/actualite/2014/03/12/la-musulmane-refuse-de-scolariser-son-fils_1911362.html