dimanche 16 mars 2014

Le gérant du château Pauly mis en examen pour "viols et abus de faiblesse" - Dordogne

Le président du centre de remise en forme du château du Pauly est soupçonné de viols sur fond de dérives sectaires.
Depuis le mois de décembre dernier, un épais brouillard glauque entourerait le château du Pauly, à Chassaignes. La société Conscience évolution vitalité énergie (Ceve) qu'il abrite serait le lieu de toutes les turpitudes.
Quatre femmes fréquentant les lieux ont déposé des plaintes pour viols. Immédiatement, une enquête a été diligentée, débouchant mardi dernier sur l'interpellation du gérant des lieux. Placé en garde à vue, il a été présenté au parquet jeudi, puis déféré devant un juge d'instruction.
L'homme est mis en examen pour « viols, agressions sexuelles et abus de faiblesse sur des personnes en état de sujétion psychologique, résultant d'exercices de pressions graves de nature à altérer leur jugement ». En clair, d'emprise mentale sur fond de dérive sectaire.
Placé en détention provisoire, le gérant du centre de remise en forme a fait appel de cette décision, ne reconnaissant pas les faits qui lui sont reprochés.
Sur son site internet, le château du Pauly présente le président de Ceve comme un homme de 57 ans qui aurait pris conscience d'un don particulier à la suite d'une grave crise personnelle.
Un don de clairvoyance
Il aurait alors suivi une initiation auprès de moines tibétains, grâce auxquels il aurait développé son don de clairvoyance. Depuis, il aurait une prédilection pour les soirées méditatives, séminaires et autres ateliers.
En 2011, lui et son équipe se sont installés au château du Pauly pour y dispenser des cours de qi gong, une discipline méditative chinoise, mais aussi des séminaires de développement personnels, de réflexologie, de pratiques énergétiques ou encore de relaxologie. Des disciplines qui, en soi, ne sont pas dangereuses, mais qui offrent un terreau favorable à une emprise mentale.
D'ailleurs, dès la première plainte déposée en décembre 2013, la Miviludes (Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires) a suivi ce dossier de près.
Hier soir, au château du Pauly, on continuait de prendre des rendez-vous pour des cours de qi gong, mais on n'avait « aucun commentaire à donner ».
Source : Sud Ouest, 15 mars 2014,
http://www.sudouest.fr/2014/03/15/derives-au-chateau-du-pauly-1492133-1788.php#xtor=RSS-10521769