samedi 17 mai 2014

Benoît Yang Ting - jugé pour abus de faiblesse refus du report du procès pour raisons de santé

PARIS, 16 mai 2014 (AFP) - La cour d’appel de Paris a rejeté vendredi la demande de report sine die pour raisons de santé du procès d’un psychothérapeute de 78 ans, poursuivi pour abus de faiblesse sur deux patients.

La cour d’appel a fixé au 14 octobre la nouvelle date du procès.

Benoît Yang Ting, accusé par les plaignants de les avoir manipulés mentalement pendant des années en leur instillant de faux souvenirs traumatisants, avait été condamné le 12 juin 2012 à un an de prison avec sursis. Le tribunal correctionnel de Paris l’avait également condamné à une amende de 50.000 euros et à verser, au titre des dommages et intérêts, 100.000 euros et 50.000 euros aux deux victimes.

L’homme qui n’avait déjà pas assisté à son procès pour raisons de santé avait fait appel du jugement.

Mais à l’ouverture de l’audience début avril, ses avocats avaient réclamé un report sine die du procès en expliquant que leur client n’était pas en état physique et intellectuel d’exercer sa défense.

Ils se sont fondés sur les résultats d’une expertise ordonnée par la cour d’appel concluant que l’homme n’était pas en état de comparaitre.

L’expert avait cependant estimé que le mis en cause disposait d’un état mental suffisant pour donner mandat à ses avocats pour le représenter, mais ces derniers ont estimé qu’ils ne pouvaient exercer les droits de la défense sans pouvoir dialoguer avec leur client.

L’avocate générale avait requis le rejet de la demande en dénonçant “une forme d’instrumentalisation” de la justice.

La cour d’appel l’a suivi vendredi, rejetant le report ou une nouvelle expertise.

Les méthodes thérapeutiques de Benoît Yang Ting, décrit par la partie civile comme un véritable “gourou”, impliquaient pour ses patients de se déshabiller intégralement pendant de longues sessions éprouvantes, afin de revivre des souffrances enfouies.

Au total, les deux plaignants lui ont versé 238.000 euros et 750.000 euros pour payer leurs séances que le thérapeute facturait 320 euros de l’heure avec 50 euros supplémentaires pour chaque faute d’orthographe commise dans des compte-rendus que les patients devaient ensuite lui remettre.

Source : Paris Normandie et AFP, 16 mai 2014,
http://www.paris-normandie.fr/detail_article/articles/541093/breves+en-direct/psy-juge-pour-abus-de-faiblesse-refus-du-report-du-proces-pour-raisons-de-sante#.U3YfcS94bKg