jeudi 29 mai 2014

Gard - Un psychiatre et ses équivoques thérapies devant les assises

Accusé de viols, un médecin de Sauve comparaît devant la cour d'assises du Gard jusqu'à mercredi.
Psychiatre à la retraite, Bernard Calamy est accusé d’avoir à Sauve, où il réside, mais aussi en région parisienne, commis entre 2000 et 2007, des viols ou agressions sexuelles sur des enfants de moins de 15 ans et sur une jeune femme vulnérable en raison de son état dépressif. Les faits ont été révélés en mai 2008 par une fillette de 11 ans qui, avec ou sans sa mère, résidait souvent chez Bernard Calamy qu’elle considérait comme son parrain.
Des thérapies particulières
À plusieurs reprises, celui qui est aujourd’hui âgé de 76 ans lui aurait imposé des actes sexuels. Une autre enfant a dénoncé les mêmes agissements. Les patientes du psychiatre, qui a aussi exercé à Paris et Durfort, décrivent des thérapies particulières. Ainsi, sous son emprise, une femme devait à chaque séance “remercier” en acceptant des relations sexuelles.
Concernant les fillettes, l’accusé explique que les victimes n’ont jamais marqué d’opposition. Par le passé, le médecin a fait l’objet de deux plaintes pour attouchements et viol. Elles ont abouti à un non-lieu.
Devant les assises jusqu'à mercredi
Accusé de viols et agressions sexuelles, Bernard Calamy comparait jusqu’à mercredi devant la cour d’assises du Gard à Nîmes. Sa défense sera assurée par Me Célestine Bifeck, Me Alexandre Berteigne et Me Irène Terrel. Les parties civiles seront représentées par Me Marion Deler et Me Dorothée Le Fraper du Hellen. C’est l’avocat général Serge Cavaillez qui portera l’accusation.
DOMYNIQUE AZÉMA

Source : Midi Libre, 26 mai 2014,
http://www.midilibre.fr/2014/05/26/un-psychiatre-et-ses-equivoques-therapies,865744.php